Beauty In Chaos – Finding Beauty In Chaos

28 Nov 18 Beauty In Chaos – Finding Beauty In Chaos

Le guitariste Michael Ciravolo (Los Angeles) présente une entité collaborative avec le premier album du projet Beauty In Chaos. Un éventail d’intentions à la mélodicité permanente, et qui pourra faire penser à l’optique d’un Mark Gemini Thwaite (opus solo Volumes, 2016, sorti sous le sigle MGT) autre guitariste issu du sérail gothique (cf.).

La production dit beaucoup de choses : Ciravolo a souhaité présenter quelque chose de bien fini, très arrangé. C’est une vraie, belle carte de visite, collection de choses résultant d’un processus à rallonge. Quatorze titres pour quatre-vingt minutes d’une musique issue d’un état mêlant « créativité et frustration ». Une série d’invitations s’y concrétise, principalement au chant. Thwaite avait lui-même procédé de la sorte en 2016.

Les premiers aperçus de Finding Beauty In Chaos ont planté le décor, en particulier ce petit bout de « Man of Faith » impliquant personne d’autre que Wayne Hussey à la voix (The Mission UK) et un certain Simon Gallup à la basse (The Cure) – Simon que l’on retrouvera certainement avec bonheur sur le prochain opus studio d’Evi Vine, présente ici même.
Difficile de ne pas comprendre le message dessiné par ce premier affichage. Vous êtes en terrain connu. Ashton Nyte, chanteur de la formation néogothique américaine The Awakening et partenaire de Mark Thwaite sur Volumes (The Awakening, dont sort prochainement un nouvel album) est aussi de la partie. Sa présence se révèle sur « Storm ».

Le résultat global est léché : production patinée (Michael Rozon [Ministry] supervise) et rendu pop, là où nous aurions apprécié un peu plus de stridence. On pense à ce glaçage fait sien par H.I.M., quoiqu’il ait pu aseptiser, au long cours, le rendu de ce rock glam. Finding Beauty In Chaos est assez rond, dans l’ensemble, ce qui n’empêchera pas forcément de trouver attractives les choses de Ciravolo.
Chaque chanson contient une intention propre sans que l’ensemble laisse in fine impression de désunion. L’élégance de conception des guitares unifie la collection, même si le projet risque dilution d’identité dans son généreux florilège vocal. Dominé par les voix masculines, Finding Beauty In Chaos trouve aussi sa part de féminité en certaines apparitions – cf. la complainte d’Evi Vine (The Eden House, The Mission) sur le très, très beau « I will follow you » (sept minutes, confondantes), mais aussi les voix de Tish Ciravolo sur « Look up » : un rock aérien, enlevé et acidifié, dont raffoleront les adeptes du grand son de 4AD de la période 80’s (l’introduction fait une référence évidente à My Bloody Valentine et aux vapeurs d’un Slowdive). Des flottements valentiniens se retrouveront sur le morceau mettant en avant la voix de Johnny Indovina, « Beauty lies within »). Pour sa part, la ballade avec Betsy Martin (« Heliotrope ») retient sa morsure. Délicieux.

Passons aux hommes : Wayne Hussey, en forme, apparaît sur deux titres (les libérateurs « The long Goodbye » et « Man of Faith »). Il y a aussi Al Jourgensen de Ministry (actif ! Ministry revient en studio en janvier 2019). Al fait des siennes sur « 20th Century Boy » (un des morceaux les plus directement rock de l’album, sorte d’épice à part dans l’album, un brin dépareillé). D’autres noms, encore : Ug Pinnick & Ice T – vous avez bien lu – sur « Un-natural Disaster » (mid-tempo sur lequel les saturations s’expriment aussi assez ouvertement).

Ciravolo ne fait pas mystère du bain d’influences. Ce dernier ne se reflète pas que dans les personnalités mises en avant par le tracklisting, il est dans certaines résonances : la période de confection des morceaux de ce premier opus a été marquée, justement, par l’écoute des productions du label anglais culte évoqué ici (références avancées, entre autres : Cocteau Twins, Lush).
Les climats de l’album ne pouvaient que s’en ressentir, sans pour autant que la présence 4AD envahisse. Le bilan à tirer de ce premier album est satisfaisant sur le plan de l’esthétique musicale, même s’il manque à l’ensemble un brin de folie. La quantité rend aussi l’expérience un peu longue. Éventail généreux, Finding Beauty In Chaos marque par sa « mentalité artisane : une exigence vis-à-vis du rendu et du relief qui, avant toute autre considération, impose respect.

> BEAUTY IN CHAOS ONLINE
Site officiel
FB officiel

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 75%

Site du groupe / MySpace :

01. Road To Rosario – ft. Michael Aston (4:37)

02. Storm – ft. Ashton Nyte (6:13)

03. Man of Faith – ft. Wayne Hussey & Simon Gallup (4:34)

04. 20th Century Boy – ft. Al Jourgensen (4:36)

05. Drifting Away – ft. Robin Zander (4:49)

06. Memory Of Love – ft. Johnny Indovina (4:18)

07. Look Up – ft. Tish Ciravolo (5:28)

08. Un-Natural Disaster – ft. dUg Pinnick & Ice T (5:30)

09. The Long Goodbye – ft. Wayne Hussey (5:03)

10. Beauty Lies Within – ft. Johnny Indovina (6:37)

11. Bloodless And Fragile – ft. Ashton Nyte (8:10)

12. I Will Follow You – ft. Evi Vine (7:00)

13. Heliotrope – ft. Betsy Martin (5:16)

14. Finding Beauty In Chaos – ft. Ashton Nyte (7:15)

Be Sociable, Share!