Alex Sindrome – Black-out

02 Mar 18 Alex Sindrome – Black-out

Sous-titré « Obscurcissement total utilisé comme mesure de défense », ce Black-out est le premier disque sorti sous le nom d’Alex Sindrome. Un léger changement qui passera inaperçu pour beaucoup, tant Alex a joué des pseudonymes au cours de sa carrière discographique.

Comme d’habitude, le cru 2018 est dense, alignant quinze titres avec toujours autant de facilité et sans redites mélodiques. Une nouvelle fois, Will Sintaste est de la partie et apporte ses claviers et arrangements ; en revanche, Greg Bergen est un nouveau venu dans l’univers du Parisien récemment émigré dans la Sarthe.

« Go down go ! Here comes the dancefloor again » annonce une voix féminine en ouverture du disque. En effet, Sindrome sait conjuguer à la fois cette appétence pour les bas-fonds, la sinistrose et la fête. Un souci qu’il avait eu le bonheur de sublimer sur son titre « Cocaïne & Coca-Cola ». Ici, les basses sont roboratives et légères à la fois, marquées à la culotte par des rythmiques cadencées de soft-EBM, voire en clin d’œil à la funk (« Le Danger »). Quelques rares pointes mélodiques viennent donner une force surprenante aux parties vocales (« Désolé », « La Lumière de tes Phares ») quand il ne s’amuse pas à sortir une ritournelle imparable dont il a le secret de fabrication (« Sèche tes Larmes »). Celui qui faisait son Bashung un peu noir, se met désormais à sonner Sirkis par moments. Mais un Sirkis suicidaire en diable, romantiquement sombre.

Les sons sont triturés juste ce qu’il faut, donnant de l’organique au synthétique, salissant les espaces laissés trop propres par les machines. Saturations des guitares soudain remplacées par des violons qui inspirent la pitié (« Comme une Ombre »), rythmiques un poil tribales, juste ce qu’il faut pour donner du cœur à un titre provocateur (le tube neurasthénique « Au Viol »), raclements des synthés (« Sans Retour », idéal pour un split avec Dernière Volonté), superposition de voix (« KO debout »), hommage sans retenue à la fête foraine qui fait la bise à Sexy Sushi(« L’Évasion »). Les titres ne gardent que peu de rapport avec les premières amours pour les années 80 : en ces temps de revival synth-pop, étrangement Sindrome sonne plus moderne que nombre de ceux qui reviennent en arrière. C’est que ce chemin de la citation, il l’a déjà parcouru et aujourd’hui, Sindrome a pour lui d’avoir son propre son, ses propres références. Sur « Le Horla », malheureusement, la recette tourne court : face à ce texte si prégnant, la composition tourne en rond (volontaire, oui, mais…) et les paroles jouent la répétition inquiétante. L’intention y est, la réalisation bloque et cette incartade est brusquement coupée, lançant avec succès « Autodéfense », une ritournelle simpliste de prime abord, là encore d’une densité nouvelle, créant des hallucinations auditives avec cet « autodéfense » qui se mue en un mystérieux « au tour de France »…

Alex vire de bords, insaisissable ; là où on le croyait dur au mal, il se met soudain à exposer ses gémissements et une deuxième personne du singulier parle de couple (« L’Avancée du néant », « La Lumière de tes Phares », « Sèche tes Larmes »). C’est une voix un peu en retrait, comme sur ce « J’accuse », texte slogan pour ceux qui ne veulent plus lutter, haine du monde et rejet sans combat. Sindrome s’adresse à ceux qui veulent créer leur monde de leur côté et se résolvent à abandonner les autres. Les paroles sonnent moins publicitaires, jouent du sens long, tournant autour d’un même thème (« Cris sans thème » chantaient les Oberkampf il y a quelques décennies) et multipliant les très belles images, comme cette vision de personnes déambulant sur les toits de la ville et clamant « On ne tombera pas plus bas » alors que la vie est « comme une envolée simulée ». Un beau pied de nez au céleste…

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
01. La Lumière des tes Phares

02. J’accuse

03. Comme une Ombre

04. Placebo

05. Au Viol

06. Désolé

07. On ne tombera pas plus bas

08. Le Horla

09. Autodéfense

10. L’Avancée du Néant

11. Le Danger

12. Sans Retour

13. Sèche tes Larmes

14. KO debout

15. L’Évasion

Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 77%

Site du groupe / MySpace :

https://alexsindrome.bandcamp.com/album/black-out

Be Sociable, Share!