Von Magnet – Interview bonus Obsküre Magazine # 19

20 Jan 14 Von Magnet – Interview bonus Obsküre Magazine # 19

Superbe objet-rétrospective que le DVD Performances 1985-2013 de Von Magnet. Voici le complément de notre entretien avec Phil Von et Flore Magnet à l’occasion de cette parution-événement. Ci-dessous, els passages restés inédits de l’article paru dans Obsküre Magazine #19 (janvier / février 2014).

Obsküre Magazine : Von Magnet est un collectif nomade. Vous avez sans cesse déménagé (d’ailleurs, je me demande où vous êtes en ce moment même!) et la formation a été elle-même mouvante. A l’époque de Computador, vous étiez très nombreux alors que sur De l’aimant, vous vous étiez recentrés sur un noyau plus intime. De l’arène d’ El sexo surrealista jusqu’à vos travaux actuels, votre approche de la performance et du lieu a-t-elle muté? Vos centres d’intérêt ont-ils eux aussi changé? Vous considérez-vous toujours comme une troupe, même si l’on sait que le noyau dur au fil des ans reste centré autour de vous deux?

Phil Von : Les lieux de vie changent sans cesse mais le désir de se retrouver persiste. Flore vit à Hyères, Lisa à Gand, Hugues à Essen, Def à Paris, Séverine entre Paris et Berlin, Tit’o à Lyon et Phil, après le Totem à Nancy, est pour le moment sans domicile fixe. A l’époque de Computador, le noyau de Von Magnet réunissait sept personnes qui existaient et voyageaient au quotidien ensemble comme une famille un peu bohémienne, ce qui n’est plus le cas depuis de nombreuses années. D’autre part notre travail et nos vies personnelles étaient principalement axées sur Von Magnet alors qu’aujourd’hui chacun d’entre nous partage aussi ses activités artistiques avec d’autres entités solo/duo ou en collaboration avec des compagnies de danse ou de théâtre. Cette constellation de projets représente un enrichissement mutuel. Concernant notre désir de performance et nos idées scénographiques, oui bien sûr notre ambition a été revue à la baisse car malheureusement les temps ont changé. À la fin des années 80 et début des années 90, il était envisageable de pouvoir créer un spectacle en autoproduction de manière relativement autonome dans des espaces considérés comme « désaffectés » et y inviter du public. Aujourd’hui ces lieux sont en voie de disparition et les commissions de sécurité ont verrouillé beaucoup de possibles. Quoiqu’il en soit nous avons encore pu présenter en 2009 “Comme un Mur » au Totem et à L’Antre Peaux de Bourges. Espace et public scindés en deux – en miroir – avec deux accès différents et une configuration technique scène/vidéo/son/lumière bi-polaire jumelle. Cette création déstabilisante se révéla trop complexe pour envisager sa diffusion en salle traditionnelle. Ce qui est dommage, car à l’époque d’El Sexo Sur-Realista  par exemple, nous parvenions à être accueillis avec notre arène de sciure de bois/écrans et nos deux scènes opposées dans nombre de structures motivées par le défi de transformer leur lieu avec nous afin de dérouter leur public. Cette notion aujourd’hui est plutôt réduite au monde institutionnel du théâtre de rue.

Flore Magnet : Je sais que cela peut « heurter » ou être mal compris mais Von Magnet n’est pas un collectif  !!! C’est une troupe c’est très différent à mes yeux et c’est peut-être pour cela que nous sommes encore là en 2014. Von Magnet a grandi sous différentes formes, dans différents pays, avec Phil et moi comme cœur corps et moteur, mais avec un rêve qui lui peut-être collectif dans lequel nous avons embarqué des artistes, des amis, des amours sans lesquels nous n’aurions jamais pu aller si loin et si fort… qui ont fait exister les spectacles, les albums, les installations avec lesquels nous avons vécu, dormi, fait des bébés…Ils nous ont transmis, appris, donné la force de jouer encore et encore… Notre approche du spectacle vivant n’a pas muté, notre approche se bat pour qu’il reste vivant!  RADICAL de nos jours.

La performance et le renouvellement permanent semblent être aussi des pratiques à risques. Ils demandent aussi beaucoup de préparations et de répétitions pour des représentations qui, elles, sont éphémères et parfois peu nombreuses. Avez-vous à des moments traversé des périodes de doutes en vous disant que ce serait plus simple de vous limiter à des concerts rock plus traditionnels? Quel feu continue à vous animer après plus de vingt-cinq ans de productions?

Phil Von : Notre feu commun est ce noyau d’amour hors et sur scène qui nourrit notre serment poétique. Bien sûr, si nous souhaitons continuer à exprimer nos idées et notre différence, il nous faut constamment effectuer des compromis et nous adapter à tout type de propositions, que ce soit intervenir en plein air autour d’un lit en métal dans la cour de la Demeure du Cahos, dans une salle de musée d’art moderne au milieu d’une installation d’art plastique ou au contraire nous résoudre aux conditions réductrices des scènes conventionnelles en mode frontal. Mais ainsi nous restons effectivement constamment présents, et même lorsque nous nous recentrons sur une scène “rock”, le propos et les modes d’expression tendent inéluctablement vers les prises de risque de la performance, les limites du corps, le souffle en mouvement, et encore et toujours avec cette liberté de nous permettre des “folies” ou d’improviser selon nos humeurs ou nos états. En substance pouvoir être vraiment présents et vivants ensemble sur une scène avec notre sincérité et nos fragilités aussi. Là et dans cet instant, unique et bien sûr éphémère, mais potentiellement générateur d’émotions.

Flore Magnet : Ah non ! il ne s’agit de se limiter justement et surtout pas en concert de… de quoi ? Concert oui, performance oui, spectacle, films, oui, oui… On jongle avec les possibles, les propositions certes, pas avec les formes, pas avec le fond. Il ne faut confondre doutes absolument nécessaires et constructifs avec fatigue et  épuisement quant à l’exploitation de la création et des artistes. 

Von016

Pouvez-vous m’en dire plus sur la performance du 24 janvier? Est-elle liée à votre dernier album, Archipielagos, sorti il y a un an, ou présente-t-elle de nouveaux travaux? Et peut-être un disque en devenir?

Phil Von : Ce spectacle à Paris présentera une sélection de moments forts issus de l’album Archipielagos et du live Polarized ainsi que de nouveaux morceaux écrits plus particulièrement pour la scène et les percussions de pieds. Il sera un condensé de notre signature énergétique, entre concentration et délire, tendresse et puissance. Le prochain album quant à lui sera vraiment pensé comme une pièce « conceptuelle » et autonome.

Pouvez-vous aussi revenir plus en détails sur le contenu de ce DVD, car cela ne se limite pas à des performances filmées ? Il y a aussi des pistes audio, des passages télé, etc. ?

Phil Von : On pourra découvrir d’abord un document d’archive Super 8 (avec le grain si particulier de ce médium) où l’on nous aperçoit dans des lieux de répétitions à Londres (dont une synagogue désaffectée que nous partagions avec Test Dept). La musique originale de ce film préfigure Von Magnet – avant que notre electroflamenco ne voit le jour – dont des maquettes produites par Robert Rental (The Normal). Puis dans ces deux DVDs figurent des montages de chacun de nos spectacles majeurs avec un accent sur Computador qui reste la pièce maîtresse car celle qui fût de plus grande envergure. En terminant sur Polarized à St Étienne tourné en haute définition avec plusieurs caméras. En quelque sorte une rétrospective temporelle. Dans les bonus, vous trouverez le sujet de Mégamix, un extrait de L’Autre Nuit et même une interview pour Canal + avec Jean Luc Delarue. Des bonus audio rassemblent des titres offerts à des compilations, des inédits et des remixes de nos amis Norscq, Def, 2kilos &More, Mimetic, Sizzle, Wild Shores & Jhon Blackfire.

Flore Magnet : Nous avons finalement encore de quoi faire un DVD VON MAGNET saison 2!!!!

De toutes les performances que vous avez faites, quelles restent les plus fortes à vos yeux?

Phil Von : Toutes ces aventures sont chères à nos cœurs car elle correspondent à des phases de vies partagées avec des êtres aimants, des compagnons de route singuliers et passionnés. Qu’il soient restés à bord plusieurs mois ou années, nous souhaiterions ici leur exprimer toute notre admiration et toute notre gratitude. Sans eux, Von Magnet n’aurait pu exister et ne serait jamais devenu ce “monstre héroïque“.

Flore Magnet : Je suis de tout cœur avec les mots de Phil; j’ajoute encore comme Montaigne et la Boétie: « Parce que c’étaient eux, parce que c’était nous. » Pour répondre à ta dernière question. Cela met ma fille hors d’elle que je sois incapable de répondre à ces questions du type: quelle est la plus forte, la plus belle, le plus???… Alors je dirais pour adoucir un peu mon côté “je m’en fous”… La plus forte à mes yeux… est invisible car c’est celle de demain. Aïe !

von-magnet-paris

Be Sociable, Share!