Tim Muddiman And The Strange – Interview

10 Avr 15 Tim Muddiman And The Strange – Interview

On connaît Tim Muddiman en tant que brillant bassiste (et parfois guitariste) du groupe de Gary Numan, dans lequel il officie depuis quinze ans. Musicien, songwriter et producteur pour de nombreux autres artistes (notamment Pop Will Eat Itself), il a enfin sauté le pas en créant son propre projet, Tim Muddiman And The Strange. Après un premier EP très atmosphérique, Stranger than Paradise, il sort le 4 mai prochain son nouveau single, le superbe « Wildwood Stone », dont la vidéo peut être vue ici. Un album va suivre.
Tim donnait il y a peu un tout premier concert enfiévré au
Sebright Arms de Londres, documenté ci-dessous par notre photographe Louise Barnes. L’occasion d’évoquer pour nous son univers singulier, passionné et très cinématographique.

[Photographies – Live @ Sebright Arms, 25/01/2015 London © Louise Barnes / Autres : © TM&TS official FB]

Obsküre Magazine : Pourquoi as-tu décidé, finalement, de créer ton groupe ?
Tim Muddiman :
J’ai toujours eu un désir profond de créer ma propre musique, mais je n’en avais jamais le temps. J’ai passé les dix dernières années loin de chez moi, en tournée. L’an dernier, j’ai produit le nouvel album de Pop Will Eat Itself (qui sort très bientôt) et suis parti en tournée avec Gary Numan pendant environ dix-huit mois, pour promouvoir son album Splinter. La tournée Splinter s’est achevée en novembre dernier. J’avais bien sûr des propositions pour produire d’autres groupes… Mais Graham Crabb de Pop Will Eat Itself a sorti un EP grâce à une campagne de crowdfunding via Plegde Music. J’étais en contact avec Pledge à ce sujet, et ils m’ont dit : « Pourquoi ne pas créer ton propre groupe ? » J’ai donc vu un espace de temps libre entre la fin 2014 et le début 2015, et j’ai décidé de sortir tout d’abord un EP. J’avais beaucoup d’inspiration, et je me suis très vite retrouvé avec de la matière pour bien plus qu’un album. J’ai fait écouter ces morceaux à différentes personnes, et tout le monde m’a encouragé. Je pense que c’est pour cela que je me suis enfin lancé. Pour être honnête, j’aurai dû le faire il y a dix ans. J’avais déjà joué dans mes propres groupes il y a quinze ans, puis dans mon groupe de rockabilly, Junkyard – Junkyard a connu un vrai succès… En fait, je suis assez ambitieux, je veux créer un groupe qui puisse partir en tournée autour du monde. J’ai beaucoup réfléchi à tous les types de musique que j’aime, et c’est ainsi que j’ai écrit ce futur album.

TM_Lou_4

Tes musiciens sont des amis je crois ? Mis à part le batteur Daniel Peranic, ils font aussi partie du groupe Seán Grant And The Wolfgang…
Oui, Steve Fiske (guitare) et Seán (basse) sont des amis, et ils sont tous deux membres de Seán Grant And The Wolfgang. Je connais Seán depuis sa naissance, et Steve a travaillé avec moi dans le magasin de guitares que j’avais créé. C’est un guitariste exceptionnel, je lui ai donc demandé de jouer dans mon groupe. Ce sont des amis proches, en plus d’être d’excellents musiciens.

Tes influences musicales sont multiples. Quelle direction va prendre ce premier album ?
Il va incorporer le meilleur de toutes les musiques que j’aime, par exemple Tom Waits, Nine Inch Nails, Nick Cave… Mais aussi les sons urbains et l’électro du début des années quatre-vingt (comme « Al-Naafiysh (The Soul) » de Hashim et « Planet Rock » d’Afrika Bambaataa and The Soulsonic Force), et même du R&B, un soupçon de Beyoncé quelque part, peut-être…

Du hip-hop et du R&B, cela peut sembler surprenant ?
Certains ne décèleront sans doute pas ces références, mais il y a beaucoup d’éléments qui m’inspirent dans ces musiques – il y a énormément de synthétiseurs… J’adore James Brown, le funk, le blues. J’ai essayé de créer quelque chose de contemporain, qui ait une certaine fraîcheur et qui corresponde à ce que je suis, à tout ce qui me passionne. C’est parfois difficile à expliquer. J’écoute aussi Fleetwood Mac par exemple… Mais bien sûr, il y a avant tout l’influence Nine Inch Nails, les guitares, les refrains puissants. Je m’intéresse par ailleurs beaucoup aux chansons en tant que telles. Je crée une musique que l’on peut qualifier d’ « avant-garde », mais j’aime les chansons, les bonnes chansons.

TM_Lou_3

Quelles sont tes sources d’inspiration lorsque tu écris, et quel est ton processus créatif ?
Cela commence par la musique, par les percussions ou la basse. C’est un peu comme en peinture (je suis également peintre) ; la première étape est d’appliquer une base, puis il s’agit de construire l’œuvre en fonction de nos réactions émotionnelles. Je m’aperçois que c’est vraiment la musique qui inspire les paroles. Ce que je ressens à l’écoute des sons, des grooves, de l’ambiance générale du morceau… Les textes abordent le thème des relations dysfonctionnelles, de la séparation… Dans beaucoup de chansons, l’artiste semble se parler à lui-même et effectuer une sorte de thérapie. Je voulais éviter cela, il ne s’agissait pas de me lamenter ni de blâmer qui que ce soit. Je souhaitais en revanche traduire ce qui s’était passé dans mon subconscient, lors de certaines situations difficiles. Désolé, je semble peut-être un peu trop sérieux (rires) !

Je crois qu’Ade Fenton va coproduire ton album ?
Oui ; Ade est un ami proche. Cela fait cinq ou six ans que nous collaborons de manière irrégulière, et nous avons bien sûr joué ensemble dans le groupe de Gary Numan. Ade a déjà coproduit mon nouveau single, « Wildwood Stone », ainsi que sa face B, « Strangers », et le résultat est magnifique. Nous sommes en train d’en discuter, mais je pense qu’il va également coproduire l’intégralité de l’album. Ça ne ressemble à rien de ce qu’Ade a fait auparavant, car il coproduit les chansons avec moi, alors qu’il était seul producteur quand il travaillait avec Gary. Il rend mon travail beaucoup plus professionnel, et je peux ainsi me concentrer sur les aspects artistiques et créatifs.

Tim Muddiman & The Strange [source : official FB]

Tim Muddiman & The Strange [source : official FB]

Ton univers visuel est assez frappant, très travaillé. Tu ne souhaites que des photos en noir blanc, par exemple…
Oui, pour le moment. Nous avons créé un film pour le single « Wildwood Stone », dans lequel il y a des références à Ingmar Bergman, à Jim Jarmusch… Notre premier EP s’intitulait d’ailleurs Stranger than Paradise, d’après le film de Jarmusch. Je ne cherche pas à cacher mes influences, au contraire. Si j’emprunte certaines idées, je l’indique clairement (rires) ! J’aime beaucoup cette expression, « Stranger than Paradise », ainsi qu’une chanson de Nick Cave nommée « Stranger than Kindness ». J’adore tous les films de Jim Jarmusch ; c’est un artiste auquel j’aspire à ressembler. Tourner cette vidéo en noir et blanc crée une atmosphère, une profondeur différentes. Nous avons aussi réalisé une série de photos promotionnelles dans un ancien wagon de chemin de fer ; elles font directement référence au film de Jim Jarmusch Dead Man. Je souhaite ensuite franchir une étape sur le plan esthétique… Mon prochain objectif est de travailler avec les LaRoache Brothers, un duo de photographes basé à Londres. Ils ont un talent singulier, exceptionnel. Je souhaite également pouvoir travailler avec le photographe américain Joel-Peter Witkin, qui photographie des personnes amputées ou difformes. J’aimerais collaborer avec de tels artistes, car ils élaborent de véritables mises en scènes…

« Wildwood Stone » (official video) :
Image de prévisualisation YouTube

Le concert privé de ce soir est ton tout premier show en tant que Tim Muddiman And The Strange ?
Oui, c’est la première fois en quinze ans que je vais chanter sur scène ! Le nombre de gens que nous avons pu toucher lors de notre campagne Pledge Music est incroyable ; ce concert leur est dédié. Par ailleurs, je suis en train de réaliser un film d’entreprise, sur le thème des réseaux sociaux et de l’impact qu’ils ont eu sur le journalisme, la photographie, la musique, l’art, la créativité en général. Je suis tout à fait conscient du pouvoir de Facebook et de Twitter, car ma campagne Pledge dépendait totalement de ces réseaux et elle a été un vrai succès. Si, après le concert, chaque spectateur envoie un Tweet ou publie une photo, cela pourra contribuer à nous faire connaître. Je souhaite vraiment que ce groupe rencontre le succès.

> TIM MUDDIMAN AND THE STRANGE ONLINE
www.timmuddimanandthestrange.com
Facebook

Be Sociable, Share!