The Wake – Interview bonus Obsküre Magazine #20

10 Mai 14 The Wake – Interview bonus Obsküre Magazine #20

Même si la production discographique (au sens de création originale) de la formation gothique américaine The Wake reste assez relative ces dernières années, le groupe qu’on rapportera encore longtemps à un premier opus emblématique du genre dans les années 1990 (Masked, paru sur Cleopatra), existe toujours et reste actif, sous la direction (bien sûr) du frontman Troy Payne. Un nouveau single digital, « Rusted », offre aujourd’hui une nouvelle attestation de vie et laisse espérer davantage. Dans l’attente, www.obskuremag.net publie les extraits restés inédits de notre entretien avec Troy partiellement dévoilé dans le foküs paru dans Obsküre Magazine #20 (mars / avril 2014).

Obsküre Magazine : Un certain nombre de musiciens t’ont côtoyé au sein de The Wake. Considères-tu le groupe et/ou l’as-tu toujours considéré comme un outil au service de ta seule vision musicale ?
Troy Payne :
Le line-up a changé, comme le groupe et les personnes à l’intérieur ont grandi et changé eux-mêmes. Pour moi, The Wake est très imbriqué à ce que je suis – c’est comme une extension de moi-même. Peut-être encore plus maintenant que par le passé… parce que mon rôle s’y est encore développé, situation dictée par la nécessité. Alors non seulement je considère The Wake comme un instrument propre à traduire ma vision, mais encore je ressens une responsabilité dans le fait de faire passer la vision de tout le monde s’engageant dans l’aventure. Ressentir une vision partagée est le plus épanouissant, en fin de compte.

Comment The Wake a-t-il été amené à travailler avec John Fryer pour le nouveau single ? Le groupe souhaite-t-il concrétiser davantage de choses plus avec lui ou reste-t-il sur une optique à court terme en terme de production ?
Durant les années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix, Rich et moi étions de grands fans de 4AD. J’ai adoré toute l’approche visuelle des couvertures d’albums de cette grande maison avec, bien sûr, des groupes comme This Mortal Coil ou Cocteau Twins. Pour « Rusted » nous voulions avoir un peu plus que juste un single à offrir, et un remix supplémentaire nous semblait être le meilleur choix à concrétiser. Rich a contacté le management de John et a envoyé un enregistrement démo de « Rusted », tout le monde convenant qu’il y avait là un projet à aboutir. Le résultat s’est bien évidemment avéré être un produit de qualité supérieure. John a fait un excellent travail et a travaillé de manière incroyablement rapide. Avoir l’occasion de travailler avec lui est de ces choses dont je n’aurais même pas ébauché la possibilité un jour, même en rêve. Si possible, j’aimerais réellement que l’occasion se reproduise. Son curriculum vitae est vraiment étonnant.

Certaines entités musicales considérées encore aujourd’hui comme iconiques du gothic rock restent actives, prenant formes et rencontrant fortunes diverses : The Mission UK, The Sisters Of Mercy, Fields Of The Nephilim restent à cet égard le trinôme phare sur le critère de la reconnaissance publique. Qu’est-ce que ça te révèle sur la santé du genre ? N’y a-t-il là qu’une forme de nostalgie, à ton sens ?
La meilleure façon d’éviter la critique du « produit de la nostalgie » reste de produire une musique nouvelle et pertinente. Mais s’adapter sur une durée de vingt-cinq à trente ans pour un groupe reste un grand défi, le critère de la pertinence étant lui-même sujet à caution car impliquant une forme de subjectivité. De plus, je ne pense pas que cette pertinence puisse se réaliser entièrement par le fait de « concevoir ». La force de la « marque » d’un groupe – la musique, le look, le feeling – se réalise dans le fait que plusieurs générations de fans puissent se relier à sa musique. Cela n’a rien d’évident ni de facile, c’est certain. Alors, que les groupes emblématiques continuent à vieillir avec leur auditoire ! La réponse à la question de la santé et la longévité d’un genre se jaugera probablement dans les prochaines générations de groupes et de fans qui les soutiendront.

> SORTIE : THE WAKE
– « Rusted » (single digital) (Blaylox Records) (2014)
> WEB OFFICIEL
www.thewake.com

Be Sociable, Share!