The Deadfly Ensemble – Interview bonus Obsküre Magazine #12

12 Nov 12 The Deadfly Ensemble – Interview bonus Obsküre Magazine #12

Il serait dommage de ne pas profiter – jusqu’au bout – de la folie de Deadfly Ensemble ; et ce d’autant que An Instructional Guide For Aspiring Arsonists (nouvel opus studio de nos Américains), comme nos lecteurs le savent déjà puisqu’ils ont eu le bon goût de se jeter sur le numéro 12 de leur magazine préféré, est d’un niveau assez exceptionnel. Dont acte : Lucas Lanthier et Bonzo restent encore un peu avec nous, le temps d’un délire batcave parfaitement à l’image de leur décadente musique, laquelle connut d’autres heures de gloire sous le patronyme Cinema Strange – et notamment le temps d’un faramineux second opus studio, The astonished Eyes of Evening (2002). www.obskuremag.net publie ici, bande de petits veinards, les extraits restés inédits de notre entretien publié dans Obsküre Magazine #12 (novembre / décembre 2012, en kiosques deux mois pleins à partir du 8 novembre).

Depuis le début, The Deadfly Ensemble se plaît à raconter d’étranges fantaisies. Des histoires à l’esthétique sophistiquée : c’est votre science, le but de votre art ?
Lucas : Steve, notre guitariste, a très judicieusement théorisé ce point-là : la plupart du temps, l’histoire racontée par nos chansons s’en tient à une sorte de vignette, à un moment précis dans le temps.
Bonzo : Tout à fait. Seules quelques unes de nos chansons, en réalité, racontent une histoire entière, débutent précisément pour arriver à une fin. La plupart d’entre elles sont plutôt des illustrations. Peut-être sont-elles vives, très graphiques, néanmoins, elles ne sont pas des histoires complètes.
Lucas : Créer des illustrations par la musique et par les textes peut vraiment être un medium très fort émotionnellement. Le fait qu’une histoire soit potentiellement insolvable, et que par conséquent elle puisse rester figée en un instant de terreur, un tournant tragique ou un interlude cocasse, cela peut avoir un bel impact.
Bonzo : Figure-toi, des monceaux de fumier équin se déversant sur les rousses profondeurs automnales d’un pâturage.
Lucas : Ou les jolis petits doigts potelés d’un bébé qui s’agite ; et des lèvres couvertes d’engelures de sa toute jeune maman, une cigarette tombe.
Bonzo : Ou un bouquet de fèces pleuvant sur une poussiéreuse…
Lucas : Il me semble que tu l’as déjà faite, celle-là.
Bonzo : Mais cette fois c’était avec des chèvres.
Lucas : Alors continue.
Bonzo : Donc : ou, pleuvant sur une ferme poussiéreuse, les bouquets de fèces d’une chèvre éhontée qui s’ennuie ferme.
Lucas : J’aime bien « éhontée et qui s’ennuie ferme », mais pour le reste, je ne sais.
Bonzo : Certes. Je n’ai plus d’inspiration.
Lucas : Parbleu ! Quand le feu intérieur s’est éteint, il faut se la fermer, c’est toi qui nous l’as appris.
Bonzo : Tout à fait. C’est dit. Tu apprends bien.

Merci. Donc, An instructional Guide for aspiring Arsonists sort quatre ans après A Seed Catalog : vous avez élaboré la suite pendant tout ce temps ? Comment vous y êtes-vous pris, exactement ?
Lucas : Quand Seed Catalog est sorti, je vivais encore à New York. Par la suite, nous avons fait une tournée européenne, puis j’ai fait quelques concerts en solo en Europe, en Amérique du Nord et du Sud. J’ai aussi joué quelques fois avec Frank, de Frank The Baptist. On tourne sous le nom de Dirty Weather. À mon retour à Los Angeles, il y a trois ans, on a pris du bon temps, à travailler tous ensemble en tant que quintette, à faire des concerts et testant l’impact de nos nouvelles compositions.
Bonzo : Le processus d’enregistrement a commencé assez vite après le retour de Lucas. Toutefois, le groupe a sorti un mini vinyle l’an dernier, avant de terminer l’album.

Est-ce que chaque titre est isolé, ou fonctionne-t-il en association avec les autres ?
Lucas : Ils sont isolés, pour le plupart. L’un d’eux, « Hammer, Anvil and Stirrups », est lié à une chanson du premier album, « The Anatomist ». Un autre, « The early Years of Dr. Lindsay », est lié à un titre du premier album de Cinema Strange, « Lindsay’s Trachea ».

> SORTIE
– THE DEADFLY ENSEMBLE – An instructional Guide for aspiring Arsonists (Projekt) (2012)

Be Sociable, Share!