The Blue Angel Lounge – Interview bonus Obsküre #21

16 Mai 14 The Blue Angel Lounge – Interview bonus Obsküre #21

Incroyable résultat que ce deuxième album des Allemands. Chaque écoute permet d’explorer une nouvelle piste audio alors que les mélodies et la neurasthénie s’imposent de plus en plus. Quelques titres précédents et le magnifique EP Ewig avait semé des indices sur la dimension atteinte par le groupe. Un peu dépassé par cette maîtrise, The Blue Angel Lounge ne renient pas le passé et pensent que le pas n’est pas si grand. Et pourtant… L’interview par mail, en anglais a généré quelques moment de quiproquo, dont ma ferveur est en partie responsable. Débriefing ici-même en complément de l’article et de la chronique parus dans Obsküre #21 (mai / juin 2014).

Dans ce troisième album, il y a toujours de superbes mélodies jouées à la basse (« Winter », « Melloch Halb & Halb ») : dans quel ordre composez-vous, entre les parties vocales et la basse ?

Il n’y a pas de plan pré-établi pour nos chansons. On commence en général avec une idée, mélodie, rythme, une progression harmonique et nous ajoutons les autres éléments à partir de ce concept de base. Parfois, la ligne de basse est là la première, mais il n’y a vraiment aucune règle à ce sujet.

Vous avez fait un gros travail sur la batterie, des roulements, des rythmes chatoyants (« Desolate Sands ») : est-ce que c’est quelque chose qui s’est fait à l’instinct ?

Nos parties de batterie ont toujours été un peu à part dans notre processus de création pour plusieurs raisons. Tout d’abord, depuis longtemps nous n’avions jamais eu un très bon batteur dans le groupe, c’est pourquoi la plupart de nos rythmes semblent si inhabituel et exotiques pour les batteurs. Un deuxième point, c’est que nous préférons généralement des choses toutes simples au lieu des rythmes classiques du rock. Quand notre nouveau batteur a eu à apprendre toutes les lignes de batterie pour les concerts, il nous a confié que cela lui faisait penser à l’approche de la musique classique. Ça a été une révélation pour nous. La batterie de « Desolate Sands » doit être une exception parce que cette chanson en particulier a été construite sur un rythme, un groove et que la batterie est constituée de deux parties : un rythme basique sur lequel on en a superposé un deuxième, joué sur une caisse claire additionnelle.

blueangellounge_ewigclip

Est-ce que le revival autour des sons du Velvet Underground ou de The Jesus And Mary Chain vous ennuie ? Vous revenez avec un album bien plus coldwave (comme on dit en France), quelque chose de minimal et qui donne un relief important aux synthés et à la basse…

Pour être honnête, nous n’avons jamais été dans une comparaison avec The Jesus And Mary Chain. Une chanson sur notre album Narcotica s’appelle « Darklands » comme leur deuxième album et plein de journalistes y ont vu une référence volontaire alors que cette chanson n’a rien en commun avec leur musique [NDLR : Hum… il faut plutôt écouter « New Gandhi » pour se convaincre que The Blue Angel Lounge travaillaient alors certaine de ses mélodies sur un modèle rock’n’roll saturé bien proche de celui des Anglais, mais bon…]. Peu importe, j’imagine que ce n’est pas vraiment ta question. Nous ne sommes pas non plus d’accord avec l’idée que le nouvel album soit plus minimal. Peut-être qu’il y a moins de morceaux avec des guitares, et c’est sûrement vrai, en fait, mais nous avons passé beaucoup de temps sur les arrangements et plein de petits détails cette fois. [NDLR : C’est vrai que les pistes abondent, mais elles sont des arrangements, la plupart des chansons tiennent en deux instruments plus la voix, de façon très dépouillée à la base] Beaucoup d’entre eux sont des sons de synthé, oui, mais encore une fois, il n’y a rien de classique ou d’habituel si tu penses aux courants des années 80.

Durant l’interview, on se tourne autour, eux sur la défensive alors même que leur album me plaît. Des quiproquos sur un son qui n’est pas celui typiques des années 80, puisque je le vois, moi, comme un retour aux sources de la fin des années 70. Celles qui ont fait Nico, les premiers titres de Dead Can Dance ou encore l’album de Dalis Car. Je relance le groupe sur Nico, m’attendant à une volée de bois vert, et bizarrement, là, on accroche…

Sur plusieurs morceaux, ton chant est très proche de celui de Nico. Mais, comme tu es un homme, cela n’en est que plus charmant. Comment as-tu spécialement travaillé sur ce disque en terme technique (enregistrement, pédale d’effet, mixage, etc.) ?

C’est une question intéressante parce que durant l’enregistrement au studio, je me sentais à chaque fois bien malade quand je devais faire mes sessions. C’était certainement psychosomatique. Alors, on a décidé de faire ces enregistrements du chant à la maison dans notre petit espace d’enregistrement. J’ai eu un feeling bien meilleur en enregistrant dans un lieu plus intime. Et le résultat me plaît vachement. Nous avons essayé plusieurs combinaisons de micro, donc l’une avec deux micros d’ambiance et en fin de compte, nous n’en avons gardé qu’un seul. En fin de journée, me sentir à la maison et avec la capacité d’être enfin en communion avec la musique s’est révélé plus important que tout autre aspect technique. Pour créer une signature vocale, nous avons utilisé une longue réverbération de hall avec un tout petit peu de delay, rien de bien compliqué en somme…

blue-angel-lounge_1

« Walls » and « In Distance » sont les seuls titres vraiment rock, il n’y a plus cette fois de single emblématique à la « Caught Crow » ou « New Gandhi » : qu’attendez-vous du coup de vos concerts, un public plus calme ?

N’oublie pas d’ajouter « Winter » et « Melloch Halb & Halb » et tu as finalement quatre titres qui sont plus ou moins sur un rythme élevé. La diversité a toujours été une caractéristique essentielle de notre musique et c’est toujours vrai pour le nouvel album. Du coup, attends-toi à un mélange sauvage de rapidité et de lenteur, de chansons atmosphériques et de chansons énergiques en concert.

Maintenant, vous semblez avoir remplacé le psychédélisme par de larges émotions dans votre musique, êtes-vous d’accord ?

Notre musique a toujours eu une certaine profondeur. Nous ne nous définissons pas comme un groupe psychédélique au sens strict (du moins en ce qui concerne le genre musical). Donc, si les gens arrêtent de nous cataloguer comme psychédélique, ça nous fera du bien…


Et qui est cette personne mentionnée dans la chanson « Walls » ?

C’est toi qui le décides…

> WEB OFFICIEL
www.blueangellounge.com

Be Sociable, Share!