The Agonist, Threat Signal et Mors Principium Est aux Trinitaires de Metz, le 04/10/2013

12 Oct 13 The Agonist, Threat Signal et Mors Principium Est aux Trinitaires de Metz, le 04/10/2013

Certaines obligations contredisant les règles de ponctualité, nous n’avons pas pu assister aux sets des deux premiers groupes (Dawn Heist et Ferium)… on ne les loupera pas à leur prochain passage dans l’Est, promis. Dans notre viseur donc, The Agonist, Threat Signal et Mors Principium Est qui s’étaient donnés rendez-vous un soir de pluie dans l’enchanteresse Chapelle des Trinitaires de Metz. Trois groupes en vogue parmi les jeunes gens de moins de vingt-cinq ans, trois manières fougueuses d’approcher le metal tendance génération Y.  Obsküre Magazine était là, afin de rendre état des énergies électriques déployées par cette nouvelle école metal aux forts accents metalcore et death mélodique. Elle semblait avoir des choses à dire, nous nous sommes donc faits un devoir de l’écouter.

Et qu’avons-nous retenu principalement ? Que Mors Prinicpium Est, même dans une configuration minimale (sans claviers, l’effet n’est évidemment pas le même), demeure une formidable machine de guerre en live ; que malgré un line-up des plus instables  (on ne compte plus le nombre de guitaristes ayant joué leurs gammes dans la formation finlandaise), ils parviennent tout de même à faire sensation et à rendre le plus beau des hommages à l’ancienne école death mélodique de Göteborg (At The Gates, In Flames, Dark Tranquility, Soilwork, etc.). Ce soir, ils l’ont prouvé, ne serait-ce qu’avec l’interprétation survoltée de « Cleasing Rain ». Nous étions venus uniquement pour eux, à la recherche de notre dose de tapping, de compositions sophistiquées et accrocheuses extraites de leur vision mature et personnelle du metal made in Scandinavie. L’attente fut largement satisfaite, on regrettera cependant la durée du show (40 min)… forcément expéditif pour un public enthousiaste, en attente et conscient que Mors Principium Est en live, c’est rare comme un concert de Death In June qui ne serait pas annulé.

Les Canadiens de Threat Signal arrivent sur scène à 21h30 et le public n’aura de cesse de les acclamer, malgré un bassiste aux abonnés absents (selon nos sources, l’idée leur aurait été soufflée par Dark Tranquility). Techniquement imparables, visiblement très heureux d’être là,  communicatifs à l’image du très en verve et souriant Jon Howard, ils ont fait leur show et ont assuré le service maximum. Ils nous ont également démontré que leur metalcore survitaminé, sur disque comme sur scène, est de ceux qu’on ne conseille pas à nos meilleurs amis mais à notre voisin, de quinze ans notre cadet et désireux d’apprendre à jouer de la guitare pour faire « comme Gojira ».

Les choses s’enchaînent rapidement et s’empirent légèrement… il est 22h30 lorsque l’attraction de la soirée investit la scène : The Agonist et sa chanteuse Alissa White-Gluz (charmante, à l’aise dans son corps sans pour autant être outrancière) avaient ce soir-là les déterminants pour satisfaire un public de toute façon acquis à leur cause. Sans en faire des tonnes, la machine est en place, bien calée, les protagonistes sont synchronisés et haranguent l’auditoire avec l’assurance d’un groupe de vieux briscards. Pour le reste, rien ne nous a fait vibrer, aucune composition ni une série de notes ont soulevé notre enthousiasme. C’était long, sans saveur, infécond. Du metalcore 2.0 burné, bien apprêté mais tellement commun au regard de l’histoire riche des genres musicaux que les Canadiens de The Agonist sont sensés « représenter »… pas même la diversité du registre vocal de la chanteuse ne sera parvenu à nous sortir d’une flegme qui a vite viré en ennui profond. D’aucuns penseront que notre insatisfaction est à comprendre à travers le prisme du conflit générationnel. Il y a probablement un peu de ça, mais le sentiment d’être à une fête à laquelle on ne serait pas invité doit bien pouvoir s’expliquer à l’aide d’autres arguments. L’heure est à la suggestion, alors… à vous de jouer !

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse