Sylvaine – interview

14 Déc 14 Sylvaine – interview

Kathrine Shepard, un peu plus de vingt ans, officie musicalement sous le nom de Sylvaine. Un projet solo au sens intégral du terme, sur le fond comme la forme : seule à bord, Kathrine y pose écriture comme y assume la mise en forme (la plupart des instrumentations et le chant sont le produit d’une volonté, là encore, unique). Son premier opus, Silent Chamber, Noisy Heart, n’en est que plus confondant. Naviguant dans les eaux d’une musique romantique, feutrée mais aussi capable d’abrasion, Kathrine met le spleen en exergue dans le nerf qu’elle rentre, et ce n’est sans doute pas pour rien si le leader d’Alcest, Neige (avec qui Kathrine a récemment tourné), a attiré notre attention sur le phénomène. Entretien avec la jeune femme, à l’heure où cette dernière enregistre les pré-productions de son second opus.

Obsküre Magazine : Sylvaine est un one-woman-band, ce qui requiert une autonomie forte en musique et un recul que ton âge ne laisse pas forcément présupposer… comme quoi, il n’est pas d’âge. Ton parcours en musique est-il celui d’une éducation classique ou as-tu appris sur le tas, de façon indépendante / alternative ?
Kathrine Shepard : Il est un peu des deux en moi, en fait. La musique est restée ma principale passion dans la vie depuis que je suis petite fille. Ma famille a toujours été impliquée en ce domaine, à la fois en tant que musiciens et de par son travail dans le music business. J’ai donc été exposée à ce mode de vie très tôt. Quand j’ai atteint l’adolescence, j’ai réalisé que j’étais en mesure d’exprimer des choses à travers la musique que je n’étais pas capable d’exprimer d’une autre façon. Alors j’ai commencé à expérimenter, voix et piano. Peu de temps après, j’ai commencé à étudier la musique et à prendre des leçons pour développer ma technique, sur le plan vocal comme pianistique, jumelant le tout avec un apprentissage de la batterie. Plus tôt cette année, mon éducation musicale s’est terminée avec l’obtention d’un baccalauréat option musicologie. Les autres instruments que je pratique, je les ai appris par moi-même, de façon indépendante. J’ai commencé à jouer de la guitare il y a deux ans. C’est quelque chose dont je suis très heureuse, car cet instrument est plus adapté à mon mode de composition que le piano. Le piano était l’instrument de mon choix pour une première approche de la musique, à l’adolescence.

Il semble que tu aies récemment déménagé d’Oslo à Paris. Qu’est-ce qui a amené à ce choix et penses-tu que ce nouvel environnement ait eu un impact, conscient ou non, sur ta façon d’aborder ou de composer la musique ?
Comme nous le savons tous, Paris est la ville de l’amour et ce n’était pas différent pour moi. Je me sens très chanceuse d’être en mesure d’appeler Oslo comme Paris « mes maisons », car ces deux villes ont beaucoup à m’offrir sur le plan artistique. Oslo, sa nature magnifique, représente ce en compagnie de quoi j’ai grandi et Paris, c’est chaleur et art. Paris est une ville pleine de nouvelles impulsions et source d’inspiration visuelle, ce qui est particulièrement important pour moi. Je suis une personne dominée par les impressions nées du champ visuel. Paris m’a vraiment inspirée pour créer davantage de musique et une grande partie de mon prochain album a été écrite au cours de cette année.

sylvaine_2

La musique porte en elle une dimension cathartique… Cherches-tu à certains égards, à te libérer de quelque chose à travers elle et penses-tu que cela t’aide… pour de bon ? Ou au contraire, chaque processus terminé est-il vécu comme une solution provisoire ?
Faire de la musique est un processus absolument cathartique pour moi. C’est devenu un moyen de traiter mes conflits et questions intérieurs. Ce n’est pas quelque chose que je fais juste pour le plaisir, mais quelque chose que je dois faire pour me sentir « complète ». Exprimer toutes ces choses à travers ma musique m’aide à me libérer des conflits, même si je ne suis pas sûre que la solution soit définitive. Chaque chanson écrite me permet de communiquer quelque chose d’emprisonné à l’intérieur de moi durant une longue période, c’est comme un soulagement temporaire. Quoi qu’il en soit, je suis très heureuse et reconnaissante d’avoir ces choses à l’intérieur, elles me conduisent à créer.

Silent Chamber, Noisy Heart est ton premier format long. Il peut surprendre par sa maturité dans le songwriting et la production. Quelles ont pu être les difficultés rencontrées, s’il y en a eu ?
Pour être honnête, il n’y a pas eu de grandes difficultés ou de problèmes dans le processus de fabrication de l’album. Lorsque j’ai décidé de le sortir, j’étais tellement motivée et prête à franchir cette étape, que tout me semblait naître du plaisir. Bien sûr, tout faire par moi-même a été difficile et a représenté une énorme quantité de travail, mais à la fin, c’est tellement gratifiant de voir tout assemblé et de recevoir cette réponse des personnes dans le monde. Cet album a été un vrai travail d’amour pour moi.

sylvaine_3

Projettes-tu de te rendre sur scène prochainement ou resteras-tu plus cachée dans les temps à venir ?
J’ai eu beaucoup à faire ces derniers temps avec la sortie du premier album et je suis également en train de commencer à enregistrer le deuxième. Ça a été une période d’introversion pour moi depuis que je suis rentrée de la tournée en Amérique du Sud avec Alcest en Septembre. L’année prochaine, je commencerai à me concentrer sur le côté live de mon projet et à chercher des musiciens pour une configuration scénique. Une de mes choses préférées dans ce monde, avec l’écriture musicale, est de donner des spectacles face aux gens. Je ne pourrai attendre de revenir sur scène longtemps !

Envisages-tu à nouveau ce deuxième album en mode autoproduction ? Est-ce là un souhait ou une situation née de la nécessité ?
Le prochain album prendra aussi la forme d’un projet solo, avec deux musiciens de studio, par exemple mon père, qui assurera de nouveau des parties de batterie. Durant de nombreuses années, j’ai été amenée à jouer dans divers groupes, autant que j’ai pu faire des projets pour le mien. Mais quand est venu le temps de faire mon premier album pour Sylvaine, j’ai réalisé que je voulais tout faire par moi-même. Je voulais un projet où je pourrais avoir davantage la main sur bien des aspects, de sorte que c’était un choix de ma part d’être le seul membre de ce groupe. À l’avenir, je pourrais inclure d’autres personnes au projet, en tant que membres ou guests ; mais pour l’heure je suis heureuse d’être en mesure d’exprimer ce dont j’ai besoin de mon propre chef.

sylvaine_4

Ce prochain essai suivra-t-il des routes comparables à celles du premier, ou le vois-tu proposer quelque chose de radicalement différent ?
Le prochain album sera dans la même veine que le premier, mais le son a évolué dans un sens qui me rapproche de ce que je veux pour Sylvaine. Ce sera plus atmosphérique et éthéré, mais la musique sera toujours dans ce dualisme entre lourdeur et dureté d’un côté, et de l’autre la mélodie et cet aspect rêveur que j’ai toujours aimé. Le deuxième album ayant été écrit sur cette dernière année, je dirais qu’il présente plus de cohérence que le premier. Silent Chamber, Noisy Heart contient des chansons écrites il y a plusieurs années et d’autres plus récemment, ce qui se traduit par un plus large éventail d’expressions. Sur le prochain opus, il y aura des chansons qui vont du très ambiant à des armatures plus metal. De façon générale, les chansons seront plus longues et les structures un peu plus expérimentales. Je suis satisfaite de la façon dont les nouvelles chansons sonnent et c’est un moment précieux que de se sentir proche de l’enregistrement studio, de revivre enfin tout le processus.

sylvaine_alb

> SORTIE : SYLVAINE
Silent Chamber, Noisy Heart
> WEB OFFICIEL
www.sylvainemusic.com
– Ecoute de l’album :
Sur le site web officiel
Sur Bandcamp (achat de l’album possible en digital et physique)

Be Sociable, Share!