Sur les terres de Crimson Dawn : interview de Chris Bay (Freedom Call)

29 Jan 12 Sur les terres de Crimson Dawn : interview de Chris Bay (Freedom Call)

 

Land of the Crimson Dawn, nouvel opus du groupe de happy metal allemand Freedom Call arrivera dans les bacs fin février, apportant une bonne dose d’ondes positives et de refrains fédérateurs aux fans du groupe mais pas seulement… car cet album met en valeur plus que jamais le potentiel heavy rock n’ roll d’un combo sympathique à l’image de son leader, chanteur/guitariste, Chris Bay.

Obsküre Magazine : Bonjour Chris ! J’aime beaucoup ton dernier album Legend of the Shadowking, mais je suis contente de vous retrouver avec une nouvelle couleur musicale sur ce nouvel opus. Après un album conceptuel autour du roi Louis II de Bavière, de quoi parle Land of the crimson Dawn ?
Chris Bay: Bonjour Delphine. Land of the Crimson Dawn tourne autour d’un monde virtuel, une dimension créée par le langage informatique. Les gens cherchent toujours à s’échapper du réel, parfois par le biais de monde cybernétique comme World of Warcraft ou simplement par le biais de réseaux informatiques communautaires. Il existe un tas d’univers digitaux dans le lesquels vous pouvez vous rendre… proches du réel… il suffit de chercher un peu !
L’histoire de la glorieuse « terre de la lumière », des « soixante-six guerriers de l’âge du Phoenix » animera l’imaginaire de chacun. Vous pourrez vous construire votre propre univers de Fantasy. Votre petit paradis individuel ! (rire)

L’illustration de la pochette de ce nouvel album  me fait penser à celle représentant l’ange de l’album Eternity, une coïncidence ou un clin d’œil à ce superbe album ? Peut-être l’ange du succès pour le groupe ?
Ce n’est pas vraiment un ange (rire)… La pochette représente le Phoenix atterrissant sur les terres naissantes, encore en feu… le Phoenix est le symbole de l’immortalité, d’une nouvelle vie. Freedom Call est un groupe aux propos purement positifs et je pense qu’on peut nous associer à cette symbolique du phœnix. Je ne souhaite pas comparer ce nouvel album avec « Eternity », nous avons simplement fait renaître les traditionnels fondamentaux de notre musique…

Il y a  plus qu’une allusion à votre passé via le titre « Back into the Land of Light », non ?
Chris: Ce titre est le premier que j’aie composé pour ce nouvel album. J’étais, objectivement, influencé par les tournées et les voyages avec le groupe. Partir sur la route avec le groupe est pour moi comme une délivrance, une récompense pour tout ce travail accompli en studio et durant la composition. Je me sens donc continuellement de « retour sur les terres de la lumière » dès que le tour bus redémarre…

C’est le premier album sans Dan Zimmermann à la composition, comment as-tu géré cela ?
Dan n’étais pas seulement membre du groupe, c’était et il reste l’un de mes meilleurs amis ! Bien sûr, sa présence m’a manqué quand j’ai recommencé à écrire, puis à rentrer en studio. J’ai dû apprendre « à nager tout seul ». J’ai dû, d’un côté, apprendre à écrire, arranger et enregistrer sans son soutien, mais d’un autre côté, cela met fin à toutes les rumeurs qui prétendaient que Freedom Call n’était que le projet parallèle du batteur de Gamma Ray ! Freedom Call a toujours été un vrai groupe autonome, jamais un projet parallèle, et ce nouvel album le prouve !!! (rires)

Tu es maintenant, le seul membre fondateur de Freedom Call encore présent, l’unique gardien de l’esprit du groupe… Qu’est ce qui le plus fondamental à conserver dans l’avenir ?
Être honnête avec moi même !! Je ne calcule pas, je n’essaie pas de reproduire ce qui a fait le succès du groupe… La musique est une pure émotion et c’est la seule chose qui me dirige quand je compose.

Klaus est maintenant le nouveau batteur official, il vient d’une scène plus rock avec Nitrogods et extrême avec My Darkest Hate, un univers bien différent de celui de Freedom Call. Apporte-il un plus sur ce nouvel album ?
Klaus est peut être transformiste… (rire)  Il est très drôle et voit toujours le côté positif des choses, il convient parfaitement à l’esprit de Freedom call. Vous pouvez le constater sur le bonus DVD de Live in Hellvetia. Il nous apporte un tas d’idées nouvelles et prendra probablement part à l’écriture sur le prochain album.

En attendant, Land of the Crimson Dawn est-il un travail d’équipe ou juste le tien ?
Je suis le compositeur principal de cet album, mais les arrangements finaux ont été résolument collectifs ! J’étais pris d’une furieuse énergie créatrice après la tournée de 2010, j’étais capable d’écrire cinq nouveaux titres tous les quinze jours… Cela m’empêchait de dormir certaines nuits tellement j’avais d’idées fourmillant dans ma tête. (rire)
Mais Lars et Samy ont aussi composé quelques titres fantastiques pour ce nouvel album. Depuis quelques sorties avec le groupe, nous sommes devenus une vraie équipe en studio.

Je trouve de plus en plus d’influences variées dans les sorties de Freedom Call. Vous n’êtes plus seulement un groupe de happy metal. Sur les nouveaux titres, tu investis de nouveaux horizons. D’où te viennent ces nouvelles idées ? De tes récentes découvertes musicales ou de ton implication dans le groupe de reprises F.U.C.K ?
La vie est ma principale inspiration. Je vais toujours de l’avant, ouvert à toutes découvertes, je m’intéresse à tant de choses… Toutes ces expériences sont sources d’inspiration. Je voyage beaucoup et j’ai l’opportunité de rencontrer des gens très divers et amicaux… chaque moment passé d’une vie peut être une source d’inspiration musicale.

Vous enregistrez un vidéoclip pour promouvoir ce nouvel album, peux-tu m’en dire plus ? Quel est le titre retenu ?
L’album parle des cybermondes digitaux. Il nous semblait donc opportun de choisir un titre vraiment très représentatif du concept. Avec le label, nous nous sommes mis d’accord sur le titre « Hero on Video ». Nous adorons ce titre, il est le symbole de la gaieté de la musique rock ! Outre l’enregistrement live, il y a quelques bons acteurs qui apparaissent, vous pouvez donc vous préparer à un bon mix entre comédie et atmosphère happy metal (rire).

En parlant de vidéo, j’ai beaucoup aimé l’atmosphère de votre DVD et ses marrantes scènes backstage. Le retour du public a-t-il été bon ?
Un grand oui!! Les réactions des fans et de la presse ont été à la hauteur, bien plus que nous l’espérions (rire). Grâce à ce DVD live, nous prouvons que nous sommes un groupe de tête d’affiche. Je préfère personnellement, le DVD bonus, car il représente Freedom Call de la plus pure et sincère des manières !!

Penses-tu qu’il soit encore possible pour un groupe de ne pas communiquer sur Internet avec ses fans ? Internet a t-il changé la façon de promouvoir sa musique ?
Un tas de musiciens se sert d’internet, des téléchargements illégaux, des services gratuits de Youtube, Facebook etc. D’un côté je suis toujours écœuré par ces plateformes distribuant de la musique gratuitement, c’est illégal et purement et simplement du vol ! D’un autre côté il y a toujours moyen d’utiliser Internet à son avantage ! Pour moi, c’est une opportunité fantastique de faire découvrir sa musique au monde entier gratuitement via Facebook ou Youtube !! On peut envoyer des nouvelles en temps réel, les fans sont donc plus proches de nous que jamais.

Depuis quelques années, Freedom Call s’affirme comme un gros groupe de metal, jusqu’à devenir l’un des groupes phare du heavy allemand, pouvant jouer au plus haut de l’affiche et donner du plaisir à tout le public présent. Préparez-vous une tournée européenne en tête d’affiche ? Peux être quelques dates en France ou des apparitions en festivals ?
Pour moi, 2010 a marqué un cap dans les statut de Freedom Call.  Nous avons prouvé que nous étions prêts pour jouer en tête d’affiche, un grand pas en avant pour FC !  Après avoir joué des années en ouverture d’autres groupes ou en invités spéciaux, le temps est venu de rompre les cordes de sécurité et d’avancer par nous-mêmes. La prochaine tournée de 2012, durera toute l’année et traversera pour la première fois toute l’Europe. Nous espérons également avoir l’opportunité de quitter pour la première fois notre continent et de jouer en Amérique ou en Asie. Bien sûr, nous passerons par la France (rires)  et il me tarde d’y être !

Land of the Crimson Dawn sort également en version limité avec un CD bonus, une bonne façon de redécouvrir les hymnes passés du groupe via la voix d’autres bons groupes. Comment ont été choisis ceux qui ont participé à ce « tribute » ?
Les deux dernières années ont étés riches en rencontres avec d’autres groupes et musiciens, avec lesquels nous sommes devenus amis. Nous avons partagé plein de bon temps avec eux, je leur ai juste demandé s’ils pouvaient reprendre l’un de nos titres pour ce CD bonus. J’ai été impressionné par le résultat, plein d’énergie et de réinterprétations différentes ! Pour moi, ce CD est un fantastique bonus qui fait de cette édition limitée une édition très spéciale.

Pour finir, qu’attends-tu de l’année qui commence et de ce nouvel album ?
Nous avons déjà très bien démarré l’année. Le nouvel album Land of the Crimson Dawn sort, il comporte toute notre passion, notre cœur et notre âme (rire)… Nous allons parcourir l’Europe pour profiter de notre passion ,notre musique, nos fans et nos amis. Que peut-on espérer de plus ? (rires)

Be Sociable, Share!