Öxxö Xööx : Rëvëürt, premier album et révélation

05 Nov 11 Öxxö Xööx : Rëvëürt, premier album et révélation

En complément de l’entrevue parue dans Obsküre Magazine #6 (n° de novembre / décembre 2011), www.obskuremag.net publie ces extraits inédits de notre entretien avec Laurent V Lunoir, leader de la formidable formation doom expé Öxxö Xööx, dont le premier album Rëvëürt constituera une révélation pour les amateurs de musiques paradoxales et envoûtantes.

Parmi les membres permanents affichés par Öxxö Xööx se trouvent Laure Le Prunenec de Rïcïnn, plus Igorrr, que tu suis toi-même dans ses projets personnels. Öxxö Xööx et les projets qui gravitent autour de toi fonctionnent-il comme un clan, avec un partage et des échanges sur chaque processus artistique en cours ? Ou restez-vous plus autonomes, chacun de votre côté, dans la définition des orientations de vos projets respectifs ?
Laurent V Lunoir :
C’est bien plus qu’un clan, c’est une famille. Nous sommes des amis qui se donnent beaucoup de chaleur humaine dans un monde tellement… froid, parfois ; des amis qui regardent, la plupart du temps, dans la même direction au niveau artistique. Nous nous entraidons ainsi à ce sujet et au niveau humain sans qu’il y ait de questions d’argent… simplement par amour de l’expérimentation artistique. Avec Gautier (N.D.L.R. : Igorrr), on se connaît depuis presque sept ans. Nous nous sommes rencontrés dans une école de musique à Pigalle, et nous avons créé Whourkr, que j’ai quitté pour me consacrer à Öxxö Xööx. Nous nous connaissons enfin depuis une dizaine d’années avec Laure, elle m’a toujours aidé et soutenu, et le fait encore énormément. Le côté humain est extrêmement important dans un groupe. Selon moi, il faut créer les conditions de l’amitié pour se sentir bien et pouvoir donner le meilleur de soi-même. Nous partageons et échangeons énormément sans qu’il y ait vraiment de règles, tout en respectant les aspirations artistiques des uns et des autres. Elles peuvent parfois diverger. Ce qui est sûr, c’est que nous nous disons les choses sincèrement, même si cela ne fait pas toujours du bien.

Öxxö Xööx prépare actuellement des shows live et agrandit encore la famille. Où en êtes-vous et quand auront lieu les premiers shows ?
Pour l’instant il y a trois membres de plus. Ce sont les musiciens du groupe Gaïdjinn, autre projet dans lequel je chante. D’ailleurs le guitariste, Guillaume, était le guitariste d’Öxxö Xööx au tout début, en 2006. Avec lui nous avons fait quelques concerts. D’autres musiciens viendront probablement par la suite (guitariste, percussionniste, claviériste). Nous sommes d’ailleurs ouverts à toute proposition, même en ce qui concerne les choses extra-musicales telles que la danse, le graphisme etc. Je pense que d’ici quelques mois nous pourrons commencer les concerts, mais mieux vaut ne pas trop précipiter les choses et prendre un peu plus de temps si nécessaire.

Vous avez déjà pour désir de sortir un DVD. Ce n’est pas projet courant, un premier album à peine publié. Qui sera en charge de sa réalisation ?
À l’origine je voulais créer une bande dessinée animée, et avec le temps l’idée de la BD s’est transformée en vidéo clip. Ensuite je voulais sortir un CD/DVD mais le temps a eu raison de moi, et nous avions besoin de commencer à vendre un peu de disques pour pouvoir continuer à faire ce que l’on fait. Être artiste dans un monde de banquiers n’est pas toujours chose facile. Les vidéoclips mettront en scène les neuf morceaux de Rëvëürt (animation, montage, etc.) ; ça sera plus parlant quand les premières images seront visibles. Pour ce qui est de la réalisation, c’est moi qui vais le faire, car je trouve intéressant de faire son propre visuel lorsqu’on est musicien. Il y a de ce fait une connexion entre la musique et l’image, ce qui rend le tout très homogène. Par contre, c’est parfois très difficile et long. Mais je ne suis pas fermé aux autres méthodes. Des collaborations peuvent amener à des choses intéressantes et belles.

Qu’est-ce qui vous pousse à laisser une trace DVD juste après ce premier album ? Une volonté de « documenter » votre parcours, dès le départ ?
Ce DVD illustre visuellement les morceaux de Rëvëürt. Ce premier opus est un album très personnel et une grande introspection a été nécessaire. J’ai tout simplement voulu poser toutes ces images, animation que j’avais en tête lorsque j’ai composé Rëvëürt. Pour moi il y a un lien intrinsèque entre la musique et le visuel.

On imagine que le second album n’interviendra pas avant 2013. Des idées ont-elles germé et de quelle façon voyez-vous Öxxö Xööx évoluer/progresser par rapport à Rëveëürt ?
Fin 2013 je dirais, car il faut que l’on joue un peu avant ; mais l’album est pratiquement composé, j’avais énormément de riffs et de mélodies que je n’ai pas utilisés dans Rëvëürt. Igorrr a aussi quelques titres acoustiques qu’il avait composés et qu’il n’utilisait pas. Ce ne sera pas pour autant un album « poubelle » !… Rëvëürt est un disque tourné vers une lutte et une rage positives, ce qui me fait un peu penser aux épines des roses ou aux griffes. Un côté piquant et tranchant, fruit d’une douloureuse introspection. À l’opposé, pour le deuxième album, l’idée c’est de lâcher prise et de mélanger ses larmes. C’est dans les larmes et dans le rire que nous sommes les plus vrais. Ainsi je voudrais collaborer avec le plus de personnes possible en me basant sur cette idée de mélange de larmes. Visuellement je vois de l’eau, des larmes, de la glace et donc des choses plus rondes et douces que sur le premier album, sans pour autant tomber dans le « cucul la praline ». Et je vais te faire une petite confidence : le concept pour le troisième album existe déjà.

Rëvëürt : distribution par Apathia Records
www.facebook.com/apathiarecords

Be Sociable, Share!