Ovidie – Interview bonus Obsküre Magazine #11

20 Sep 12 Ovidie – Interview bonus Obsküre Magazine #11

Suite de l’exploration des goûts musicaux d’Ovidie, à laquelle nous avons accordé deux pages dans la rubrique Les Musiques sombres de… dans Obsküre Magazine #11 (septembre/octobre 2012, en kiosques depuis le 8 septembre). www.obskuremag.net dévoile ici les commentaires d’Ovidie non publiés dans le magazine.

Obsküremag : Adolescente, étais-tu du genre à avoir des posters dans ta chambre et qui pouvait-on voir sur les murs ?
Ovidie : Pas vraiment de posters, l’identité musicale devait pouvoir se lire sur mon apparence. A partir de quinze ans, je me suis recouverte de badges, et de patches que je cousais sur mes vêtements. J’avais les cheveux noirs jusqu’aux fesses, et j’ai eu très jeune des piercings, ce qui existait peu au milieu des années quatre-vingt-dix. Pas de posters donc, mais des customisations de vêtements, plutôt féministes ou pour la libération animale.

Tu as réalisé des clips pour Métal Urbain. Quels sont les musiciens qui t’évoquent le plus d’images et dont tu rêverais de réaliser des vidéos ?
Tous les clips que j’ai réalisés ont eu un budget de zéro euro et zéro centime. Tout ce que je peux dire, c’est que je ne souhaite plus réaliser sans budget, car le résultat s’en ressent nécessairement ! Mais dans mes rêves les plus fous, les groupes qui viennent du froid comme The Knife m’inspirent beaucoup d’images.

Les meilleurs groupes de scène que tu aies vus ?
Sans aucune hésitation, A-Ha au stade Ulleval à Oslo pour leur tournée d’adieu. Des dizaines de milliers de norvégiens hystériques, un concert parfait. Dans un tout autre genre j’ai été très impressionnée de voir Alan Vega sur scène, qui a mis le feu du haut de ses soixante-treize ans. Respect.

T’es-tu toi-même essayé à la musique et comment cela sonnait-il ?
Comment cela sonne ? Pas très bien, je dirais. Depuis quelques années je m’intéresse un peu aux synthés, mais mon drame est que je travaille déjà tellement, que j’ai peu de temps à consacrer à un projet musical. Donc je fais cela en dilettante. J’accompagne sur scène au clavier Geoffroy D. pour son side-project Position Parallèle. Nous avons fais quelques dates ensemble et c’était super, mais je ne peux en aucun cas prétendre être une vraie musicienne.

Si tu avais à choisir un instrument de musique, lequel choisirais-tu et pour quelle raison ?
Le synthé sans hésitation, car la majorité des musiques que j’écoute en comporte. Avec le temps j’écoute plus de synth-pop que de rock n’ roll.

Le noir c’est aussi ta couleur de prédilection, si je te demande de me citer ton diamant noir en musique, qui serait l’heureux élu ?
Dernière Volonté, pour plein de raisons.

On connaît ton passé dans le cinéma porno puis le cinéma d’auteur, ainsi que ta passion pour les séries B des années soixante-dix. Si je te demandais tes bandes originales de films préférées, lesquelles me citerais-tu ?
Les B-O composées par John Carpenter, jusqu’à L’Antre de la folie, où il commence à faire du hard rock à Papa très déplaisant.

Be Sociable, Share!