One For Jude : bilan, avant « Nous sommes les Ruines »

12 Sep 11 One For Jude : bilan, avant « Nous sommes les Ruines »

En prélude à un nouvel album attendu pour fin 2011, les Français One For Jude s’entretiennent avec Obsküre de l’état des troupes. Le moment de faire un point avec des gens ayant développé une vision singulière en musique, poétique et étrange et qui se dirige… vers l’apocalyptique.

Depuis Regeneration, en 2007, comment a évolué One For Jude en tant que collectif ? Qu’avez-vous fait et dans quel sens a évolué votre musique ?

La composition du groupe est stable, toujours les trois mêmes glaviots qui jouent de la musique alternative depuis 1999. Musicalement il y a eu plusieurs périodes. Après des débuts new wave (notre premier cinq titres en 1999), nous avons rapidement évolué vers des sonorités plus folk/expérimental avec l’album Figures (2001) et le maxi Hélices (2004), puis vers une musique atmosphérique et électronique avec Re Generation (2007). Notre troisième album, Bonheur Dynamique (2009), a marqué un retour à des morceaux plus rythmés et entraînants.

Comment avez-vous préparé le quatrième album ? La distance entre certains d’entre vous nuit-elle à la fluidité du processus ou le web vous « sauve »-t-il, d’un certain point de vue ?
Cet album a été composé comme le précédent, à partir d’échange d’idées, de mélodies, de pré-versions électroniques. Nous avons toujours été un groupe qui compose en studio à l’aide de séquenceurs et d’ordinateurs plutôt qu’un groupe qui improvise et compose en répétant. Nous adaptons nos morceaux au live a posteriori. Avec les moyens de communication actuels, la distance ne pose pas trop de problème, elle nous ralentit tout juste un peu pour l’enregistrement. La distance et la durée ont l’avantage et l’inconvénient de nous faire conserver un grand recul sur ce que nous faisons. Nous serons bientôt en mesure de nous retrouver physiquement plus régulièrement et ainsi de nous préparer à la scène.

Comment se présente le prochain album ? Quels sont sa tonalité générale et l’emploi du temps prévu avant sa sortie ?
La composition du prochain album avance sûrement, il sera intitulé Nous sommes les Ruines. Si tout se passe bien il sera prêt pour la fin de l’année 2011. Sa tonalité générale sera apocalyptique, dans le prolongement de Re Generation, notre deuxième album. Nous y associerons peut-être la sortie d’un DVD live et/ou d’un mini CD collector, et nous prévoyons quelques concerts en 2012.

Sur quoi le voyez-vous s’éloigner ou/et se rapprocher de Bonheur dynamique ?

Bonheur dynamique est né du besoin que nous avions de longue date de faire des morceaux entraînants pour nous libérer avant de replonger en apnée. Nous sommes les Ruines conservera le côté rythmé de Bonheur dynamique mais en plus lourd et plus profond.

Projetez-vous une « refonte » de votre communication autour du nouvel album, je pense notamment à vos plateformes informatives sur le web (site web officiel, MySpace etc.) ?

Oui, comme c’est généralement le cas à chaque sortie d’album. Notre site officiel www.oneforjude.com est encore aux couleurs de Bonheur dynamique, il sera bien sûr rénové. Nous travaillerons d’ailleurs sur le référencement : on a réalisé que le site de l’époque Re generation dont nous avons perdu le contrôle erre actuellement sur le net telle une épave en dérive. Il est d’ailleurs beaucoup plus facile à trouver que le site officiel.

Des chances de vous voir sur scène l’année prochaine, alors ?…
Oui, certainement. Nous jouerons bien sûr des titres de notre prochain album, mais aussi des titres atmosphériques de l’époque Re generation que nous n’avons encore jamais interprétés en live, comme une version crépusculaire de « Grégoire l’Illuminateur ».

Be Sociable, Share!