Olen’k – Interview à propos du nouvel album Architextures

16 Fév 18 Olen’k – Interview à propos du nouvel album Architextures

Architextures est le quatrième album studio d’Olen’k. Il succède au double-opus 7.1, dont l’austérité du premier bloc a marqué.
Et vient 2018. Pour
Architextures, Olen’k refond son line-up (intégration de Florian Compain) et retrouve Rémy Pelleschi à la production (Mlada Fronta). Le collectif signe au bout de sept ans de discrétion un disque ouvert et plus aéré, pop et dansant que son prédécesseur. Olen’k en appelle davantage au corps, mais n’y perd pas l’âme et focalise pour l’occasion sur les formats vinyle et digital.
Le CD est mort, et la vie continue.

│Concert unique : Architextures release party le 24/03/2018 au CCM John Lennon (Limoges – 87) – avec Mlada Fronta et Reznyck│

Obsküre : Depuis sept ans, pas de nouvelles fraîches d’Olen’k en dehors d’un petit single en digital sorti il y a quelques années. Quand a démarré pour de vrai la confection des titres finissant aujourd’hui sur Architextures ?
Manuel Costa :
Je suis toujours en train de composer. Quelle que soit la période, c’est un besoin ! Après 7.1, un grand nombre de morceaux étaient dans les tiroirs, mais je les ai trouvés obsolètes au moment où nous avons décidé de repartir sur l’écriture d’un nouvel album. Il y a eu deux étapes de production : pendant un an, une quinzaine de titres sont sortis, et une fois que nous avons choisi la direction que nous voulions prendre, plus pop, plus electro aussi, une deuxième phase de composition a vu le jour. Elle a pris environ un an elle aussi. Nous avions opté pour une démarche exactement inverse pour 7.1. Lui sonnait plutôt pop au départ, pour finir dans plus d’épure et une tonalité très sombre.

Les textes du nouvel album se sont-ils tramés au gré des nouvelles démos ou existaient-ils depuis plus longtemps ?
Elise Montastier-Costa :
Un peu les deux, en fait. Je me suis en effet replongée dans mes carnets et autres écrits plus ou moins anciens… peut-être pour retrouver le temps des premiers émois !… Il s’agit pour la plupart de diverses réflexions sur le couple, les doutes, les peurs : celle de perdre l’être aimé, de ne pas être à la hauteur, mais aussi le besoin vital de confiance mutuelle et de liberté, ou encore l’érosion possible des sentiments à l’épreuve du temps qui passe… La sensualité reste très présente aussi – bref, tout ce qui tourne autour du sentiment amoureux en général… Nos enfants nous apprennent aussi beaucoup sur nous-mêmes, ils nous grandissent et au final nous réconcilient avec la vie ! Certains textes se sont nourris de mes lectures, films, séries… Je suis une grande adepte des « period dramas » britanniques, et de la période romantique anglaise (NDLR : Elise cite pour références Brontë ou Austen) !

Image de prévisualisation YouTube

Comment comparerais-tu la substance textuelle d’Architextures et de 7.1 ?
Les nouveaux textes sont plus simples, plus directs que les écrits de 7.1. Je pense que je n’étais pas forcément prête à les assumer auparavant. Et puis je n’avais pas les mêmes choses à exprimer… 7.1 traitait plutôt d’un nécessaire processus de deuil – de l’enfance notamment, de ses origines, de sa vie passée… Il a été écrit dans une période importante de transition pour nous. Et puis il y avait aussi une profonde réflexion sur l’immigration et tout ce qui peut en découler… Mais s’arracher à sa terre natale rejoint encore cette idée de passage initiatique, de mutation inéluctable afin d’atteindre une certaine plénitude !
Pour Architextures je pense que l’arrivée d’un enfant a amorcé des réflexions plus autocentrées sur notre rapport au couple, à l’enfance, à la famille. Peut-être les évènements de ces dernières années ont-ils aussi provoqué une envie de se recentrer sur soi et de développer un thème universel, considéré comme numéro un : l’Amour !… Architextures est d’ailleurs plus lumineux, plus solaire.

Florian, nouvel arrivant chez Olen’k, a-t-il oeuvré sur les démos dès le départ ?
Manuel :
Assumer entièrement l’écriture des morceaux sur 7.1 avait été une expérience salutaire mais aussi pesante. D’où, je pense, l’investissement de Rémy (NDLR : Pelleschi, production) sur ce projet !
J’envisage toujours la musique comme un partage et j’ai d’ailleurs un grand besoin d’interaction avec différents musiciens. Dès notre rencontre, je savais que Florian saurait apporter sa sensibilité et son énorme culture musicale. J’ai pu ainsi me dégager de toute l’instrumentation guitare/basse que nous lui avons demandé de reprendre à son compte, ce qu’il a fait avec talent. Ce fut, dès la première phase d’écriture, un vrai travail de collaboration, qui nous a permis de débloquer de nombreuses situations. Je crois qu’on a passé autant de temps, sinon plus, à dialoguer qu’à jouer, afin de savoir ce que nous voulions exprimer !

Considérez-vous qu’il se maintient une direction artistique autonome ou l’orientation s’est-elle « collectivisée » avec Architextures ?
Elise :
Nous avons surtout retrouvé une base de trio avec Flo. Tout s’est passé simplement, chacun souhaitant apporter sa contribution aux morceaux, dans le respect des sensibilités des uns et des autres. Ce sont bien les personnes qui participent au projet qui en constituent l’essence même. Les arrangements de cordes ou de percussions sont tout aussi personnels car ils sont l’œuvre à part entière de Jean-Pierre Raillat et d’Alex Morlay (NDLR : batteur constant). Nous les avons laissés totalement libres d’apporter ce que notre musique leur inspire. En ce sens, il s’agit bien d’un travail collectif, mais… nous avons toujours fonctionné ainsi !

Image de prévisualisation YouTube

Les arrangements de cordes qui apparaissent sur l’album ont été concoctés par Jean-Pierre Raillat, altiste et collaborateur régulier d’Olen’k, en live comme en studio. Comment se déroule le travail en sa compagnie ?
Manuel :
Avec bonheur et sincérité ! Notre association, débutée avant The Foating World, remonte à près de quinze ans. Aussi bien en live qu’en studio, ses arrangements sont toujours magnifiques. Il était évident pour nous de faire appel à lui à nouveau. Nous lui avons donc proposé deux morceaux en lui laissant carte blanche, comme d’habitude, et le résultat a largement dépassé nos espérances !

La renonciation au format CD pour Architextures, ça arrive de quelle manière ?
Nous y avions déjà songé pour 7.1 bien sûr, mais nous manquions de moyens à l’époque pour sortir du disque vinyle. On assiste aujourd’hui à un retour en force de ce support, pour le plus grand plaisir de nos oreilles. Personnellement, j’ai toujours été nostalgique de l’objet – j’ai découvert la musique par le vinyle – et du son incomparable qu’il produit, tellement plus chaleureux ! Nous avons cependant conscience qu’il s’agit d’une approche de passionnés, avec un coût certain… Et puis aujourd’hui, il y a aussi le format digital, qui s’impose de lui-même.

Avec les années, quel rôle a pris Rémy Pelleschi dans le processus d’Olen’k ?
Elise :
Dans les mots mêmes de Rémy, qui se qualifiait de « béquille » sur 7.1, il fut bien à l’époque la troisième personne du groupe… On en revient toujours au trio en fait ! En phase de création, Manuel a toujours besoin de beaucoup échanger, non par manque de confiance en lui mais parce que c’est ainsi que nous abordons la musique. Sur Architextures, Rémy nous a apporté son expertise en tant qu’ingénieur du son, au sens propre du terme ! Les morceaux étaient déjà extrêmement aboutis, sinon terminés lorsque nous avons procédé à la captation des instruments et de la voix. Et nous avions une idée très précise du son que nous recherchions pour cet album. Avec Rémy, nous nous sommes donc concentrés sur le mixage des titres. Il a su comme toujours nous écouter et nous apporter les meilleures solutions, avec la passion et l’enthousiasme qui le caractérisent.
Nous nous connaissons maintenant parfaitement bien, mais je crois pouvoir dire qu’il a été surpris, cette fois, par notre détermination et le travail qui avait été fourni en amont.

> OLEN’K ONLINE
Site officiel
Facebook
> EN CONCERT LE 24/03/2018 (AVEC REZNYCK & MLADA FRONTA) – CCM John Lennon – Limoges (87)
Page FB event

#olenk
#architextures

Be Sociable, Share!