Myciaa – Interview

31 Août 14 Myciaa – Interview

Le son du duo Myciaa est, comment dire, volontariste : de son énergie electro-punk germent des disques ayant le sens du direct (parmi les influences ouvertement revendiquées : Fugazi, Alec Empire, Melt Banana) tout en gardant l’ambition d’une étude sonore (cf. le récent Electric Animals). Le furieux binôme ne rechigne pas à l’expérimentation (réinvention, il y a deux ans, d’une bande originale pour le film de Shozin Fukui Rubber’s Lover) et sur scène, ses prestations volontaristes bénéficient d’un décorum à la fois troublant, simple et percutant.
Entretien avec le couple, à l’occasion d’une soirée de présentation live du nouvel opus (au
Petit Jourdan [Limoges – 87], vendredi 28 août dernier) et à l’aube d’une mini-tournée européenne se déroulant jusqu’au 13 septembre.


PHOTOS : Laurent LAGARDE (Flickr)
[Myciaa :: live @ Limoges – C.C.M. John Lennon 06/08/2013]

– Obsküre Magazine : Une contradiction interne à votre musique interpelle : le feeling punk, auquel on raccroche dans la culture populaire une forme d’approximation ou de renonciation au contrôle – pendant du DIY : on ne sait pas très bien faire mais on fera quand même [un chemin plus important que le résultat] – intègre dans ce que fait Myciaa une forme très carrée, programmée. Dans un contexte de création autre, et pas si éloigné de ce que vous faites aujourd’hui, certains ont baptisé la démarche « digital hardcore ». Dans votre processus de création, le début des choses naît-il dans l’organique ou via les machines ? Considérez-vous votre musique comme relevant de prime abord de l’humain ou du robotique ?
– Myciaa :
Il semblerait que ce soit un peu les deux à la fois. Si des morceaux penchent plus vers un bord ou vers l’autre, on commence pourtant toujours de la même façon. C’est la guitare qui est à la source de la grande majorité des morceaux. Ensuite la structure se détermine avec la programmation de batterie. Enfin, les machines rentrent en scène et prennent un rôle plus ou moins important selon notre humeur.
Effectivement, nous aimons beaucoup le coté froid et robotique des machines. De manière générale, c’est quelque chose vers quoi nous sommes très naturellement attirés tous les deux. Les paroles et le chant hurlé s’adressent et relèvent plutôt des sentiments, aussi sombres soient-ils, et de l’humain – aussi sombres soyons-nous !

MYCIAA @ CCM JOHN LENNON 06082013 (1)

– Cette chimie entre l’organique et la source programmée vous semble-t-elle avoir évolué – et en quoi – avec le nouvel album ?
Electric Animals est effectivement tres différent des ses prédécesseurs. Nous nous sommes retrouvés au mixage avec ces onze morceaux que nous avions sélectionnés, et ceux-ci nous ont mis face à notre propre dualité, très clairement et pour la première fois. Oscillant entre l’organique et les machines, nous avons fait le choix de trancher encore plus cette bipolarité, en faisant appel à une batterie acoustique pour certains morceaux, jouée par Alfred Dixon, tout en renforçant les effets électroniques sur d’autres. Nous avons choisi de creuser encore plus le fossé entre ces deux personnalités.

– L’approche générique du visuel sur scène rock passe par une projection fond de scène, mode « image unique ». Comment est née chez Myciaa l’idée de cet environnement spécifique pour vos shows, composé d’écrans de télévisions ?
– Depuis le tout début nous sommes allés, comme une nécessité naturelle, vers l’association de nos musiques à l’image. Nous avons expérimenté plusieurs dispositifs pendant ces quelques années, du vidéoprojecteur sur écran unique, à double, puis à la multiplication des téléviseurs, puis aux écrans d’ordinateurs etc. Nous en sommes restés à l’écran de télé ou d’ordinateur, car c’est un objet qui fait partie de notre quotidien, et qui mérite selon nous clairement d’être détourné.

MYCIAA @ CCM JOHN LENNON 06082013 (2)

– Pourquoi avoir multiplié les écrans ? L’effet est assez hypnotique. Y a-t-il derrière ce choix une question posée sur notre passivité face à la petite lucarne ?
– Nous avons choisi de multiplier les écrans parce que l’effet visuel est plutôt saisissant. Le fait que tous ces écrans accolés projettent la même image au même moment peut évoquer pas mal de choses, en effet. Notre rêve secret serait de… tous les détruire à la fin du concert !

– La multiplication des écrans induit la démultiplication de l’image-film créée pour Myciaa, mais la maintient dans un cadre « petit ». Et-ce une façon pour vous de minorer l’importance de l’image dans vos shows, tout en la maintenant en tant qu’argument esthétique ?
– Cela permet en effet de minimiser l’impact de la vidéo sur le public. La taille petite des écrans et la qualité des images diffusées ne permet pas, selon les morceaux et les thèmes abordés de voir distinctement les vidéos. Elle permettent de créer une ambiance lumineuse et esthétique. Un concert de Myciaa est ensemble de choses, nous ne voulons pas que l’auditoire s’attache uniquement aux images. Même si ces films prennent plus de place lorsque nous abordons des thèmes qui nous tiennent à coeur, ils restent principalement un moyen d’installer une ambiance.

MYCIAA @ CCM JOHN LENNON 06082013 (3)

– Myciaa est à la fois couple et entité créatrice. Sans nullement vouloir jouer l’intrusion dans le domaine privé, l’état de vos relations peut-il avoir un impact sur la qualité ou l’énergie du son que vous produisez sur scène ? Ou alors, la performance est-elle un moment, un état qui vous ferait dépasser l’aléa sur le plan privé ?
– Il est fort certain que le fait d’être deux a un impact sur l’énergie que nous avons, mais pas tellement le fait d’être en couple. Quand on lance l’introduction, c’est parti pour quarante minutes non-stop, il n’y a plus que le concert qui compte.

« Rubber’s Lovers » (vidéo – extrait de l’album Electric Animals) :
Image de prévisualisation YouTube

Rubber’s Lover (trailer du film de Shozin Fukui) :
Image de prévisualisation YouTube

MYCIAA – TOURNEE septembre 2014 :
30/08 : Belgique – Liege @ L’Abbaye
01/09 : Norvège – Oslo @ Taxi Takeaway
03/09 : Finlande – Turku @ Bock Café
04/09 : Finlande – Tampere @ Vastavirta Klubi
05/09 : Finlande – Kouvola @ Kulttuuri Tallit
06/09 : Estonie – Tartu @ tba
07/09 : Lithuanie – Vilnius @ ix20
09/09 : Pologne – Lodz @ Granda Klubokawiarnia
10/09 : Allemagne – Berlin @ Kopi
11/09 : République Tchèque – Ostrava @ Plan B Hardcore Café
12/09 : République Tchèque – Vsetin @ Sushy Dok
13/09 : France – Saint Germain de Salles @ Festival

> WEB OFFICIEL
Facebook
Bandcamp

Remerciements :
Laurent BIDANA, Laurent LAGARDE

Be Sociable, Share!