MGT [Mark G. Thwaite] – Interview (Pt. 2)

11 Déc 16 MGT [Mark G. Thwaite] – Interview (Pt. 2)

L’ex-guitariste de The Mission (mais aussi Tricky, Peter Murphy ou Theatre Of Hate) a sorti en cette fin d’année une collection de titres studio dont certaines des premières moutures datent d’il y a plusieurs années. Faisant appel à nombre de compétences extérieures, notamment sur le plan vocal (Wayne Hussey, Ville Valo, Andi Sex Gang etc.), Mark Thwaite abat pour la première fois, très officiellement, une carte solo, intitulée Volumes. Seconde partie de notre entretien avec le songwriter, musicien et homme de studio.

[Première partie de notre entrevue à lire ici.]

Photo : Kriz Crane

Obsküre : Qu’est-ce-que cette collection représente de toi, en tant que musicien?
Mark Gemini Thwaite (MGT) :
Eh bien, peut-être révèle-t-elle une ouverture de mon goût musical, bien que tout puisse se ranger dans la section rock d’un musicstore. Cela dit, il y a certainement une grande ouverture exprimée au sein de l’album… c’est sans doute aussi parce que je couche en écriture toutes formes de musique. Au fil des ans, nombre de choses m’ont inspiré. Certaines idées ont imprégné The Mission, d’autres ont plus convenu à Al Jourgensen, Peter Murphy ou Mob Research. Cela dit, certaines ne correspondaient à l’esprit d’aucun de ces projets. Il me restait de la matière ! Il y avait aussi le risque qu’aucun des chanteurs visés ne produise rien sur ces trames… finalement toutes ces choses étaient en attente pour Volumes – j’avais accumulé du stock ! Mon inquiétude était que les variations de style débouchent sur un album disparate mais globalement, les appréciations ont été très positives. D’une certaine manière, les chanteurs investis ont aidé à formuler la direction musicale, du fait que j’aie envoyé deux ou trois démos à chacun d’eux. Derrière, chacun choisissait les titres sur lesquels il voulait chanter. De ce fait, leurs choix respectifs ont alimenté la direction prise par l’album dans son ensemble. Je n’ai jamais fait écouter aucun des enregistrements terminés aux autres chanteurs, en d’autres termes aucun des chanteurs impliqués n’a entendu ce que les autres avaient fait. Même chose avec les trois démos que Raymond Watts avait précédemment chantées (NDLR : cette explication fait référence à d’anciennes démos réalisées par Mark pour le projet Pig) : délibérément, je n’ai pas fait écouter les versions vocales de Watts aux personnes nouvellement impliquées, de manière à ce qu’il n’y ait aucune influence subliminale sur les mélodies vocales ou la structure finale.

Photo : Nichole McCall

Photo : Nichole McCall

Pourquoi avoir intitulé l’album Volumes ? Est-ce une manière d’en référer à l’idée de sculptures et de variations dans le son ?
« Star Struck Eyes » de Julianne Regan a été la dernière chanson à intégrer l’album. Elle a été enregistrée en janvier dernier, et quand Julianne m’a envoyé sa démo de chant, j’ai adoré ce qu’elle avait fait et je lui ai demandé le titre du morceau. Elle a suggéré « Volumes » et « Star Struck Eyes », qui sont des paroles situées au niveau des chœurs. J’ai été attiré par la seconde expression car elle me rappelle Roxy Music ou Bowie… et puis nous avions ce saxophone magnifique dessus, signé Jorgen Munkeby (NDLR : de Shining). Cela étant, le mot « volumes » m’a intrigué, et j’ai immédiatement pensé que ce pourrait être un beau nom pour l’album. Il en réfère au corps de travail – une collection de volumes, d’histoires courtes, si tu veux… et puis il y a bien sûr l’utilisation du terme « volume » dans le monde de la musique… Julianne a eu la gentillesse de me laisser le choisir comme titre de l’album !

Photo : Jon Siren

Photo : Jon Siren

Quelques questions sur la coopération réalisée sur Volumes avec Tim Palmer, producteur qui a travaillé avec un grand nombre de personnes dans ton environnement professionnel et musical. Pourquoi lui, d’abord ?
Je connais Tim et je suis conscient de la qualité de son travail depuis bien des années… évidemment, je le connaissais comme mixeur et producteur des meilleurs albums de Mission, Gods Own Medicine et Carved in Sand, même si ces disques ont été faits avant que je n’intègre le groupe en 1992. Je me souviens avoir bien accroché avec lui lors d’une tournée américaine de Mission en 1999… nous avons gardé le contact et quand j’ai eu besoin de quelques mixes pour des morceaux de mon projet Mob Research, avec le regretté Paul Raven de Killing Joke en 2007, je me suis retourné vers lui… et Tim est revenu avec des mixes fantastiques pour cet album ! Accélération rapide, 2015 : je fixe les voix de mon ami Ville Valo (NDLR : leader de HIM) sur ma reprise d’Abba. Tim était la solution : il avait travaillé sur plusieurs albums de HIM, et il savait comment approcher l’intégration des voix de Ville. Après, en ce qui concerne Volumes, la coopération avec Tim se limite au mixage de « Knowing me knowing you ». Il n’a pas eu d’influence sur le reste du mix ni le son du reste de l’album. En fait, je l’ai mixé seul, en plus d’en réaliser presque toute la musique… à part quelques petites choses. J’ai sollicité quelques faveurs de la part de vieux amis, par exemple l’ex-claviériste de Mission Rik Carter, qui a ajouté à ma demande des parties de piano et claviers sur la reprise d’Abba. Il y a eu aussi Andy Cousin d’All About Eve, et comme moi ex-Mission : lui a joué la basse sur « Star Struck Eyes » et « Seconds ». Enfin, il y a le merveilleux saxophone solo de Jorgen sur « SSE », et le violon de la talentueuse Erica Nockalls sur trois titres.

Au moment où tu travaillais avec Palmer sur Volumes, le nouveau Mission était en cours de réalisation. As-tu à ce moment-là ou plus tard eu l’occasion d’écouter des prémixes ou ce genre de choses ? Aujourd’hui, que penses-tu des résultats obtenus par le groupe et Tim sur Another Fall from Grace ?
Tim a travaillé sur mon album avant de travailler sur le nouveau Mission, et je ne suis pas sûr qu’il ait lui-même entendu des démos de Wayne avant de mixer « Knowing me knowing you »… Je n’ai donc, à l’époque, entendu aucune des nouvelles démos de Mission… et ce jusqu’à une période récente. Wayne et Tim sont restés très secrets au sujet de ce travail ! Alors aujourd’hui, bien sûr, je l’ai écouté. Et je pense – si je veux être totalement honnête – que c’est le meilleur album de Mission depuis Carved in Sand. Cela surclasse les quatre albums que j’ai pu faire avec le groupe. En tant que guitariste, Wayne est simplement au meilleur de sa forme. Il reprend sa légitime couronne en tant que guitariste gothique de haut niveau, les chansons sont fantastiques. J’éprouve seulement quelques regrets de ne pas avoir joué sur ces morceaux ! Wayne m’a néanmoins demandé de fabriquer un remix signé MGT pour le single « Met-Amor-Phosis » et je n’ai pu résister à la tentation d’ajouter quelques guitares. La publication de ce single fixe une première : c’est en effet la première fois que le guitariste originel de Mission, Simon Hinkler, et moi-même, apparaissons en même temps sur un enregistrement studio du groupe. †

mgt_volumes

> MARK G. THWAITE ONLINE
Site officiel

Be Sociable, Share!