Metal Culture(s) Fest. @ Guéret (23) du 9 au 12 mai 2018 – interview

09 Mai 18 Metal Culture(s) Fest. @ Guéret (23) du 9 au 12 mai 2018 – interview

La nouvelle édition de Metal Culture(s) aura lieu à Guéret (23) à partir de ce 9 mai 2018 (jusqu’au 12 !), pour une durée de quatre jours. Concerts, expositions, conférences : c’est une armada d’évènementiels distincts, mais reliés par le metal en dénominateur commun, qui va envahir les terres de Creuse. Les évènements se déroulent dans divers lieu à Guéret, dont la fameuse chapelle. Parmi les groupes à l’affiche : Napalm Death, Igorrr, Amenra ou encore Hangman’s Chair. Du lourd, de l’original, et du culte ! Quant à ce soir, mercredi 9 mai 2018, c’est l’ouverture et pas n’importe comment : en douceur, avec Cancel The Apocalypse et un set spécial acoustique.
Entretien avec l’un des hommes chefs de l’organisation de la chose, assurée par YEAProd : Christophe Bréchard.

Obsküre : Quelle pré-photographie fais-tu, au démarrage aujourd’hui du festival, de cette édition 2018 ? L’association a-t-elle le sentiment que son expérience accumulée fait que ça « ronronne » sur le plan organisationnel, ou mettre en place un tel évènement reste-t-il source de stress pour l’équipe ?
Christophe Bréchard :
Alors paradoxalement, nous n’avons pas le sentiment de ronronner en termes d’organisation. Au contraire, l’expérience des années précédentes nous permet une certaine maîtrise et tranquillité qui nous fait devenir un peu plus audacieux d’année en année. YEAProd peut donc se permettre de passer les marches une à une au niveau de la programmation et de l’envergure des têtes d’affiche ainsi que du contenu du festival. Nous ajoutons des épaisseurs avec notamment cette année une nouvelle Master Class ou l’apparition du conte dans la programmation. De plus, nous rajoutons une seconde scène sur le site de la chapelle. Donc les éditions se suivent mais ne se ressemblent jamais. Sans oublier que c’est aussi une aventure humaine, une belle bande de potes qui grossit elle aussi à chaque édition.

Comment s’est présentée l’opportunité d’avoir Napalm Death en tête d’affiche ? Raconte-nous un peu l’envers du décor…
Alors là, c’est très simple : YEAProd on bosse depuis des années avec Rage Tour et son booker Kalchat, avec qui s’est installée une relation de confiance. Donc nous lui avons juste dit : « on veut Napalm Death ». A partir de là je suppose qu’il a trouvé deux, trois dates autours pour booker une mini-tournée et c’était dans la poche. Il faut savoir que Napalm Death reste un groupe très à portée, qui va vers tous types d’organisation, pour peu que l’accueil soit correct.

L’éclectisme de votre programmation et son ouverture aux pans culturels des musiques metal s’affichent une nouvelle fois comme l’ADN du festival. Sur quels points, y compris de détail, avez-vous souhaité faire évoluer le festival par rapport à l’édition 2017 ?
En effet on a considéré le festival depuis le début, comme un instantané de la culture metal dans son ensemble. Certes au niveau des styles de metal présentés, mais vraiment surtout au niveau des formes d’expression. On peut dire qu’on ne se donne pas de limites entre cinéma, musique, conte, lectures, etc. Le Graal sera peut-être de proposer un jour de la danse contemporaine, eh eh eh.

Comment est venue l’idée de lancer des warm-ups (NDLR : soirée de chauffe, shows de pré-lancement connectés au festival) ?
Nous en avions déjà fait l’année dernière à Guéret. Cette année nous en avons proposé un supplémentaire en plus de celui de Guéret à Limoges, avec Tayobo et Mudweiser. Le principe étant d’aller vraiment d’aller à la rencontre de notre public là où il se trouve. Donc pourquoi pas l’année prochaine à Clermont-Ferrand ou Bourges… wait and see.

Pensez-vous organiser des micro-évènements liés à Metal Culture(s) dans les courant de l’année qui précèdera l’édition 2019 ou souhaitez-vous pour l’heure cantonner votre activité à l’orga du festival et de quelques évènements préparatoires genre warm-up ?
La philosophie de l’association est vraiment de rester concentré sur l’organisation du festival pour l’offrir aux petits oignons. Mais YEAProd ne s’interdit pas, comme déjà dit, de développer les warm-up les mois précédant la prochaine édition.

> METAL CULTURE(S) ONLINE
Site officiel
Facebook
Programmation / running order 2018

Be Sociable, Share!