Mephisto Walz

24 Mar 11 Mephisto Walz

En complément de l’entrevue parue dans Obsküre Magazine #3, www.obskuremag.net publie ces extraits inédits de l’entretien donné à Emmanuël Hennequin par Barry Galvin, alias Bari-Bari, ex-Christian Death et fondateur des gothiques américains cultes Mephisto Walz. L’homme revient pour Obsküre sur la « réincarnation » du groupe qui, quoique amputé de la voix de Christianna, a trouvé un certain renouveau dans sa formule actuelle, laquelle implique la chanteuse Sara Kross, alias Sara Reid. D’où un formidable nouvel album, IIIrd Incarnation.

Y a t-il avec IIIrd Incarnation, après sept ans de silence, le désir de rassurer les fans tout en présentant un archétype / une marque dans la musique, ou ces nouveaux travaux sont-ils le simple résultat d’une impulsion… en d’autres termes, découlent-ils de « l’ordre naturel des choses » ?
Barry Galvin :
Je crois à la validité de tes deux commentaires. Je suis resté fidèle à la direction d’origine même si parfois elle nous mène à des endroits auxquels on ne s’attendait pas.

Des personnes extérieures ont-elles contribué musicalement à IIIrd Incarnation ou As-tu tout pris en charge ?
J’ai toujours été et je reste en charge de l’aspect musical depuis le début… bien que sur ce disque en particulier, Sara et Myriam aient contribué aux paroles et au raffinement des mélodies. Cela a porté une touche agréable à quelques-unes des chansons, résultat auquel je ne serais pas parvenu par moi-même.

Avez-vous écrit cet album sur une période courte ou longue et où avez-vous enregistré l’ensemble ?
Quelques-unes des chansons ont été écrites, comme « Rusted Tambourine », il y a cinq ans voire plus. Mais elles sonnaient de manière si étrange qu’elles ne pouvaient s’intégrer sur aucun essai tangible auparavant. La majorité des chansons ont été écrites au cours de la dernière année. IIIrd Incarnation a été enregistré dans notre home studio. L’album a été encore retardé du fait d’un dégât des eaux qui a touché notre ancien studio, qui nous a obligé à refaire des choses.

L’album est très solide physiquement, très frontal et direct. C’est un moment très épique. Comment décrirais-tu le désir, l’intention derrière ces enregistrements ?
Certaines des différences de IIIrd Incarnation avec les enregistrements antérieurs tiennent à une dimension technologique. Nous avons de meilleurs outils disponibles aujourd’hui que nous n’en disposions par exemple pour Immersion. D’autres différences tiennent probablement à une progression naturelle dans l’écriture, ajoute l’optique renouvelée du chant à l’ensemble et tu tiens là tout ce qui fait la différence.

En dehors du nouvel album, Mephisto Walz renouera-t-il dans le futur avec des formats plus courts, comme ça avait été le cas avec le single « Nightingale » ?
Pas de projets en ce sens à l’heure actuelle pour un format plus court, mais nous allons probablement être présents sur quelques compilations.

En ce qui concerne les anciens albums de Mephisto Walz, y a t-il des projets de rééditions dans l’air, comprenant bonus bien sûr ?
Disons qu’il y a encore beaucoup de choses couvertes de toiles d’araignée et qui mériteraient bien quelque dépoussiérage.

L’album commence et se termine par des morceaux chantés par toi. Est-ce une façon de réaffirmer ta maîtrise sur Mephisto Walz ?
Dans un sens, oui, car déjà, le fait de recourir à une personne tierce pour le chant par exemple, a souvent ralenti le processus dans l’histoire du groupe. Réaliser la majorité de ce nouvel album en solo impliquait donc aussi que je n’avais qu’à attendre de moi-même si une idée se présentait. Je pouvais agir sur elle immédiatement, sans avoir à programmer quoi que ce soit, comme une séance d’enregistrement.

Be Sociable, Share!