LowCityRain – Interview bonus Obsküre Magazine #17

08 Déc 13 LowCityRain – Interview bonus Obsküre Magazine #17

Avis aux passionnés de new wave et de shoegaze ! LowCityRain, le projet de Herbst (Lantlôs), est un hommage, vibrant, passionné, à ces deux genres dont les esthétiques peuvent logiquement se rejoindre – et qui se rejoignent de la plus délicieuse des manières dans le premier album éponyme du projet. Voici de quoi prolonger l’entretien proposé dans Obsküre Magazine #17 (septembre / octobre 2013).

La new wave et les sons électroniques des années quatre-vingt représentent-ils une part importante de ce que tu écoutes ?
Herbst : Eh bien, pas en ce moment, je dois l’admettre ! Mais il faut tenir compte du fait qu’entre la période d’écriture et la sortie de l’album, il y a presque un an et demi. Quand je l’écrivais, je me droguais à ça, bien entendu ! Donc, dans l’absolu, j’aime ce style ! C’est qu’en ce moment, ce qui me rend fou, c’est les vieux trucs shoegaze/noise… Mes dadas changent tous les six mois, c’est ennuyeux… même mes amis se plaignent toujours du fait que je suis incapable de rester plus de quelques mois sur le même truc (rire) ! Je reviendrai à la new wave et aux eighties bientôt. À l’arrivée de l’automne, je suppose… normalement, j’y reviens toujours.

1

Considères-tu LCR comme un side-project, une pause, avant de te remettre au boulot pour tes autres projets ? Je te demande ça, même s’il est évident que quand on écoute l’album, on sent le sérieux et l’importance de l’entreprise !
Je prends ça au sérieux, bien sûr ! C’est une partie de moi ! Je ne considère rien comme un side-project, parce que je donne toujours tout, et j’ai mis tous mes sentiments, tout mon temps et tout mon amour dans cet album. J’ai déjà quatre nouvelles chansons. Mais bien évidemment, je ne suis pas toujours d’ « humeur LCR ».

« Your Eyes and the Sea » est l’un de mes titres préférés. C’est comme un mix de Frozen Autumn et de vieil OMD expérimental. Ils t’ont influencé ?
Non. Je dois dire que je connais très mal OMD, et que The Frozen Autumn est trop goth pour moi. « Your Eyes and the Sea » parle d’un moment de pure relaxation au bord de la mer, avec la fille que tu aimes. La nuit, à regarder les étoiles.

15-1

Tu as utilisé des vieux synthés pour enregistrer l’album ? D’ailleurs, comment t’y es-tu pris pour l’écrire et l’enregistrer ?
Je l’ai enregistré dans mon propre studio, dans la ville que j’habite (N.D.L.R. : En Rhénanie-Du-Nord-Westphalie), le studio Doroom. C’est là que j’enregistre l’essentiel de ma musique. J’étais dans une humeur très particulière à cette époque ; c’était le printemps, j’étais euphorique tout le temps et j’avais ce sentiment de joie extrême, de rêve, en particulier le matin quand je me réveillais. J’avais passé pas mal de journées très agréables avec mes amis, à la mer et dans la nature en général, et c’est comme une période de rêve de ma vie, quand j’y repense. Soleil, vent, amis, amour. Tout brillait, avait quelque chose de spécial. Ça m’a beaucoup motivé et j’ai passé toutes mes matinées en studio. C’est là que j’ai écrit l’essentiel des titres pour LCR. Ils sont venus à moi, tout simplement. Je ne peux pas vraiment l’expliquer – c’est un souvenir liquide, en quelque sorte. J’écrivais une chanson et l’enregistrais, à partir de rien. Au lieu de me poser des questions sur mes sentiments, je les vivais et les figeais dans différents sons et mélodies. C’est divin. Ça va et vient, et je ne contrôle rien. Ça a sûrement à voir avec les choses que je découvre, que je ressens, et au travers desquelles je vis. Malheureusement, je devais utiliser un logiciel. Tu dois savoir que je joue de plusieurs instruments et que j’ai un studio. Ça coûte beaucoup d’argent. Donc, en réalité, la raison pour laquelle je n’ai pas pu avoir recours à du vieux matériel, c’est que je n’en ai pas les moyens. Mais peut-être que pour le prochain LCR, j’essaierai de mettre la main sur un vieux Juno (N.D.L.R. : synthé analogique Roland d’époque) ou un truc du genre !

Qui est la fille qui chante sur le premier titre de l’album « You are everyone, you are everywhere » ?
Laura ! C’est une fille de chez moi. Personne que tu connaîtras, si tu veux savoir, parce qu’elle n’a pas de groupe ou autre. C’est juste une amie ! J’ai aussi collaboré avec Andy Julia de Soror Dolorosa, tu connais sûrement (N.D.L.R. : Et comment !), sur un titre (N.D.L.R. : « Nightshift », l’un des meilleurs titres de l’album, d’ailleurs). C’est aussi lui qui a fait ce spleeendide artwork !

Peut-on attendre un nouveau Lantlôs pour bientôt ?
J’espère… ça a été un chemin long et difficile, mais, coïncidence, au moment où je te parle, je crois bien que j’en ai terminé avec le mix du nouvel album. Et j’ai désespérément besoin de le voir sortir !

 

> SORTIE : LOWCITYRAIN
LowCityRain (Prophecy) (2013)

Be Sociable, Share!