Laibach – Interview autour des concerts en Corée du Nord

19 Juil 15 Laibach – Interview autour des concerts en Corée du Nord

Toute la presse internationale en a parlé et continue à en parler. Laibach se produira à Pyongyang en Corée du Nord les 19 et 20 août prochains. Ayant toujours soutenu le groupe, nous étions ravis de voir qu’une formation majeure de la scène dark/industrielle se retrouve à être le « premier groupe de rock », comme disent certains, à faire des concerts dans ce pays. De plus, le projet vient de fêter ses 35 bougies. Une raison suffisante pour leur poser une petite poignée de questions, d’autant plus qu’ils se révèlent suractifs ces derniers temps.

Obsküre Mag : Avant de parler des concerts en Corée du Nord, j’aimerais revenir sur le concert que vous avez donné au Divan du Monde à Paris en avril dernier. Le spectacle se divisait en plusieurs sections et vous l’avez commencé par une très belle interprétation d’un opéra inachevé d’Edvard Grieg. Je voulais juste vous demander si vous avez l’intention de l’enregistrer et de le publier prochainement ?
Laibach: Nous avons en effet l’intention de le sortir, mais nous souhaitons composer d’autres pièces musicales pour l’album d’abord et si tout va bien, cela peut paraître pour le début de l’année prochaine.

Pouvez-vous revenir sur la façon dont ces concerts en Corée du Nord ont été mis en place ? Est-ce que ce fut un long processus d’organisation ?
L’idée de se produire en Corée du Nord nous été proposée par l’activiste culturel norvégien Morten Traavik. Nous avions entendu parler de ses activités en Corée du Nord et avons été mis en lien par notre réseau du supporteurs et nous lui avons demandé de diriger la vidéo de la chanson « Whistleblowers » sur notre dernier album SPECTRE. Ce qu’il a fait brillamment. Il a ensuite montré cette vidéo aux autorités de Corée du Nord. Ce fut le point de départ pour les négociations afin que Laibach puisse se produire dans ce pays. Morten a convaincu les Coréens avec son savoir-faire de diplomate, en leur disant que Laibach était ce dont ils avaient besoin en ce moment. De fait, nous devons dire que l’art est un fanatisme qui demande de la diplomatie, et dans le domaine Morten est très bon.

Les autorités ne furent pas effrayées par l’aspect « provocateur » de votre art ?
Les Coréens du Nord n’ont peur de rien, et surtout pas de Laibach. Néanmoins nous allons réajuster notre programme afin de convenir à leur public. Nous n’allons pas en Corée du Nord pour les provoquer, mais pour provoquer le reste du monde.

En tant que premier « groupe de rock » à jouer à Pyongyang, ce jour marquera l’Histoire. Laibach a toujours commenté notre passé collectif, mais à présent vous ne commentez plus l’Histoire, vous faîtes partie de l’Histoire.
Nous espérons que non, nous voyons encore un avenir pour nous.

Ces dates correspondent aussi au 70ième anniversaire de la libération de l’occupation japonaise en Corée. Vous vous êtes toujours intéressés aux notions de nation, de totalitarisme, de liberté et de démocratie, y voyez-vous un sens fort sur le plan symbolique, ironique, thématique ? Est-ce que cela restera une date importante pour Laibach ?
Cela le sera certainement, mais ce sera aussi une date importante dans l’histoire de la Corée. Après tout, nous y allons pour soutenir l’unification de la péninsule coréenne en un seul pays.

Vous avez fait le choix d’intituler cet événement le North Korean Liberation Day Tour et vous allez réinterpréter des chansons populaires et historiques de la Corée. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces choix et sur les pièces musicales que vous allez présenter pour ces performances spécifiques ?
La majeure partie du programme sera basée sur nos versions des chansons du film Sound of Music (« Do-Re-Mi », « Edelweiss », « Climb Every Mountain and Sound of Music »), en plus de cela nous allons jouer une sélection des classiques de Laibach (« Life is Life », « Final Countdown », « Across the Universe »…) ainsi que trois chansons coréennes célèbres et importantes (« Honorable Live and Death », « Arirang » and « We’ll go to Mt. Paektu »).

Oui, vous avez repris la comédie musicale Sound of Music pour la date d’anniversaire de vos 35 ans à Trbvolje.
Cela fait longtemps que nous souhaitions faire Sound of Music et le Corée du Nord est le contexte parfait pour cela, car la population là-bas connaît bien le film : ils apprennent l’anglais avec au collège. Ils connaissent ces chansons et en ont même fait leurs propres versions, donc ils sauront très bien de quoi nous parlons. Aussi esthétiquement la Corée du Nord n’est pas éloignée de Sound of Music ; ils pratiquent une sorte d’art pop total, un Gesamtkunstwerk, où chacun collabore dans un fantastique – totalement contrôlé par l’État, mais toujours impressionnant – Imaginarium. Et ils le font avec une réelle passion.

Pensez-vous faire un DVD avec tous ces événements ?
Nous l’espérons. Il y aura une équipe de tournage.

Vous êtes très actifs sur le plan créatif en ce moment. Y a-t-il d’autres surprises à attendre de Laibach ?
Nous travaillons constamment sur de nouveaux morceaux et il y aura de nouveaux albums cette année et l’année prochaine. Suivez nos activités sur notre page officielle et sur les réseaux sociaux.

LaibachNKposter

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse