Inhepsie : interview bonus Obsküre Mag #7

30 Jan 12 Inhepsie : interview bonus Obsküre Mag #7

 

En complément de la chronique parue dans Obsküre Magazine #7 (janvier/février 2012, en kiosques depuis le 11 janvier), www.obskuremag.net publie cette première partie de l’interview accordée par Jean Suire et Cathy Bontant, fondateurs d’Inhepsie et géniteurs du poétique Obédience.

Obsküre Magazine : Avez-vous composé cet album de la même façon que les précédents ou davantage avec vos deux nouvelles recrues ? Est-ce que quelqu’un s’occupe plus particulièrement des paroles et un autre des mélodies ?
Jean Suire : Cathy a composé l’album entièrement, je n’ai pas vraiment joué avec elle pour composer depuis longtemps mais je compte m’y remettre pour le prochain album. Quand Nico et Dany ont rejoint le groupe, le principal était fait niveau création, ensuite ils ont adapté avec leur propre jeu. En ce qui me concerne pour cet album j’accompagne Cathy à la guitare, elle-même s’occupe des textes et crée les mélodies principales au synthé (piano et violon) lors des compositions.

 

La force principale d’Inhepsie réside selon vous dans ses mélodies ou sa voix ? Quelle est la formation de Cathy ? Lyrique ?
Je pense que les deux sont complémentaires, mais je dirais dans sa voix car elle a un timbre particulier, reconnaissable, et le fait de limiter la technique niveau guitare fait porter l’attention de l’auditeur sur les lignes de chant.
Cathy Bontant: J’ai pris quelques cours il y a cinq ans de ça. Mais c’était par le biais de la sophrologie, ce qui m’aidait surtout à acquérir une certaine confiance en soi. C’était une forme de thérapie par le son. Il n’y avait aucune approche lyrique dans ces cours, d’ailleurs la technique se rapprochait plus du gospel. Au départ, je suis autodidacte mais j’ai été très handicapée par ma timidité… et je le suis encore, mais je progresse. Je me suis lancée avec notre premier album Oracle et  pour la petite histoire, Jean ne m’avait jamais vue  vraiment lors de l’enregistrement d’un album avant Obédience !

Quelle(s) évolution(s) principale(s) peut-on entrevoir au sein de votre musique depuis votre précédent album Orbe ?
 Jean : Nous avons utilisé des techniques et un matériel différents depuis l’enregistrement d’Orbe… donc, une évolution au niveau du son. Nous avons changé de région et nous avons trouvé des nouveaux musiciens mais pas de guitare lead, donc je suis seul à la rythmique et les mélodies principales sont seulement faites au piano et violon, ça change un peu le style mais on nous reconnaît quand même à mon avis. Cela dit, il n’est pas impossible de reprendre une seconde guitare dans l’avenir, ça dépendra de l’ambiance que nous souhaiterons donner à notre prochain album. Finalement notre musique est moins étouffée par trop de superpositions d’instruments et ce n’est pas plus mal.

Qu’est ce qui a influencé ce nouvel album musicalement et thématiquement ?
 Cathy : Musicalement, je ne sais jamais à l’avance ce que sera le final d’un morceau. Je me laisse guider par l’inspiration quand elle se présente. Mais pour cet album ça n’a été qu’au piano et à la voix que tout s’est créé. Après il y a toute la partie rythmique qui intervient et je t’assure que ça peut tout changer. Par exemple, j’avais composé initialement « Clair de Lune » sous la forme d’une berceuse lancinante. Puis Jean a débarqué avec ces grosses rythmiques et il a ressenti un jeu de batterie assez percutant dessus ce qui donne au final quelque chose de très différent de ce que j’avais imaginé au départ. On ne peut jamais préméditer.
Pour le thème il est venu de lui-même, quand nous avions fini Orbe qui était basé sur les facultés humaines, j’éprouvais le besoin d’aborder quelque chose de plus vaste pour une plus grande liberté de textes. Je me suis reconnu dans le combat. Je pense que chacun le vit d’une manière ou d’une autre. Ce thème touchera peut-être plus les gens.

 D’ailleurs quel est le concept d’Obédience, si concept il y a ?
Jean : Le thème est plutôt basé sur le combat en général, aussi bien la guerre que nos combats intérieurs, la maladie, l’enfance…
 Cathy : En gros, c’est la lutte provoquée par toute hiérarchie, au sens large. D’où Obédience, le nom de l’album qui parle de l’obéissance que l’homme octroie aveuglément ou volontairement à sa religion et à sa nation jusqu’à l’abnégation de ses propres convictions.
« Clair de lune » est un titre qui traite de l’ambivalence, et « Savoir pourquoi » de la maladie qui domine. Ce sont également des formes de combats que nous rencontrons. « Innocence », le morceau le plus atmosphérique de l’album, parle d’une enfance difficile. C’est donc le combat qui prône dans l’ensemble des textes face à l’autorité sous toutes ses formes : familiale, religieuse, civique…

 

 

 

Be Sociable, Share!