High Tone – Interview bonus Obsküre Magazine #20

10 Mai 14 High Tone – Interview bonus Obsküre Magazine #20

Avec Ekphrön, le collectif français High Tone a certainement accouché de son album le plus orchestral, fouillé et passionnant. Son electro-dub y semble « à pleine maturité » et si pareil commentaire sonne toujours de manière un peu galvaudée, nous ne saurions que trop vous conseiller la découverte de ce sound design 2014. Chargé en invités et bénéficiant d’un travail poussé sur le plan des textures et arrangements, Ekphrön rechape les reliefs de High Tone avec superbe, roulant ci ou là les roublardes mécaniques du trip hop. www.obskuremag.net publie alors, aujourd’hui, les quelques extraits restés inédits de l’entretien paru sur deux pleines pages dans Obsküre Magazine #20 (mars / avril 2014).

(Source photos live 2011 n&B High Tone : Blog Me3zaa)

Obsküre Magazine : Ekphrön est très détaillé, arrangé, orchestré. Avez-vous posé les bases « organiques » avant de penser les arrangements ou diriez-vous le processus plus « aggloméré », « imbriqué », empirique en somme ?
Natural High :
Cet aspect très détaillé de notre musique, comme tu dis, est à mon avis lié à l’utilisation grandissante de l’ordinateur dans la phase de composition. Cela permet de décupler le nombre de parties jouées simultanément. Travailler avec des enregistrements est intéressant, car cela repositionne l’instrumentiste en tant que compositeur/auditeur libéré de l’attention requise pour jouer de son instrument. Ce genre de méthode pour la composition induit aussi une réappropriation et une redistribution des sons lors du travail pour la scène. Heureusement, trois d’entre nous disposent de samplers en complément de leur instrument !

high-tone_3

Qu’est-ce qui a généré chaque invitation faite sur Ekphrön ?
Les invités ont quelque chose que nous n’avons pas ! Vincent Segal est un violoncelliste hors pair que nous connaissons de longue date pour l’avoir croisé sur scène avec Bumcello, et dont nous avons apprécié les collaborations avec Zenzile (N.D.L.R. : « Meets Cello » & « Modus Vivendi »), et avec Ballaké Sissoko (N.D.L.R. : « Chamber Music »). Nous collaborons avec Shanti-D depuis 2007, et avec Oddateee depuis « Outback ». Ils apportent leurs contributions en transfigurant littéralement nos versions instrumentales. Du fait de leur position « externe », les invités apportent un regard neuf, et leurs interventions insufflent une énergie nouvelle.

high-tone_2

High Tone, c’est le mélange de divers héritages à une visée moderniste/machiniste. Nous vivons une époque où les gens, les cultures semblent avoir plus de mal à se rencontrer en dépit de la démultiplication des outils de communication et de l’immédiateté qu’ils instaurent. De quelle manière voyez-vous la France d’aujourd’hui ? Comment la comprenez-vous et qu’espérez-vous pour elle ?
Aku-fen :
Chaque époque a ses qualités et ses défauts certes, mais je reste positif dans l’ensemble. Certains moyens accélèrent véritablement les choses alors que l’évolution collective reste très lente. Si c’est juste pour voir défiler le paysage à toute vitesse sans pouvoir s’arrêter dessus, je préfère marcher !

La quenelle est-elle un plat qui se mange froid ? Question pas si stupide qu’elle en l’air, j’espère… car pour être totalement honnête avec vous en tant qu’interlocuteurs, je ne suis guère adepte du plat en question.
Nous non plus et c’est vrai qu’à Lyon il y en a certains qui en mangent sans doute un peu trop en ce moment… On peut certes apprécier les mets locaux, de là à les imposer comme plat unique. Non merci ! On aime partager, et chaque culture a de bonnes petites recettes.

high-tone_ekphron

> SORTIE : HIGH TONE
Ekphrön (Jarring Effects) (2014)
> WEB OFFICIEL
www.hightone.org

Be Sociable, Share!