For Heaven’s Sake : « Paha Sapa / Mako Sika » et la suite (Pt 3/3)

21 Jan 12 For Heaven’s Sake : « Paha Sapa / Mako Sika » et la suite (Pt 3/3)

Troisième partie de notre entretien avec Guillaume Nicolas, protagoniste principal de For Heaven’s Sake, dont le nouvel album chanté en français, Paha Sapa / Mako Sika, sature de vapeurs chamaniques. Un moment de l’entretien consacré à l’avenir de For Heaven’s Sake. Un avenir chargé de projets. Prometteur.

Obsküre Magazine : Tu as déjà avancé sur les prochains albums, le voyage semblant avoir porté en toi une fièvre créatrice. Dans quel sens vois-tu ton écriture évoluer par rapport à ce que nous connaissons de toi aujourd’hui ?
Guillaume Nicolas :
Je suis actuellement en train de travailler sur l’album suivant, la suite de Paha Sapa / Mako Sika. Il est encore un peu difficile de décrire à quoi cet album va ressembler, car j’ai le choix entre de très nombreuses directions, de très nombreux univers et de très nombreuses couleurs. Pour sûr, cet album aura une direction spirituelle forte, un feeling religieux beaucoup plus prononcé et marqué. A la base, je voulais que cet album, qui s’intitulera Pandemonium, sorte très rapidement après Paha Sapa / Mako Sika, et soit composé de chansons écrites et enregistrées à la même période que ce dernier, car j’ai énormément composé ces dernières années et je dispose de près d’une centaine de chansons dans mes archives. Cependant, avec un peu de recul, aujourd’hui, j’ai envie de prendre un tout petit peu plus de temps que prévu avant de sortir ce disque, je n’ai pas envie qu’il soit si rapproché que cela de son prédécesseur. De plus, à l’été 2011 j’ai écrit une dizaine de nouvelles chansons, et j’ai pensé les enregistrer en fin d’année dernière, les mixer début 2012, et sortir ce disque dans le courant de cette année. On verra. J’aime beaucoup la direction que prennent ces nouvelles chansons. Certaines sont très heavy, très sombres, d’autres au contraire, extrêmement intimistes, acoustiques ; et enfin, une bonne poignée de ces nouvelles chansons ont une feeling extrêmement oriental.

Les deux prochains albums, Pandemonium et 13, porteront-t-il un propos musical différent ou constituent-ils une espèce de masse, qui complèterait le récent album à la manière d’une trilogie ?

Non, non, il n’y a absolument aucun concept, aucune idée de trilogie derrière tout ça. À la base, je voulais sortir ces trois albums de façon extrêmement rapprochée, car encore une fois, j’ai tant écrit et enregistré ces dernières années que j’ai profondément envie de sortir et partager toutes ces chansons. Mais ces albums sont totalement indépendants les uns des autres, tout comme au sein même de chacun de ces disques, chaque chanson est indépendante. Il n’y a donc définitivement pas de concept-album en vue. En ce qui concerne le propos musical, je pense que ces albums à venir seront à la fois proches et totalement différents de Paha Sapa / Mako Sika. Proches car au final, je pense, et j’espère surtout, avoir un son assez personnel, une production originale et un univers bien particulier, assez marqué. Donc, je pense, et j’espère que quoi que je fasse, il y aura toujours une sorte de « patte », de « signature » musicale qu’on reconnaîtra immédiatement. Et différents car étant autant influencé par les musiques traditionnelles afghanes que par le black metal, j’ai envie d’exprimer toutes ces influences et toutes ces références dans ma musique. La pire chose qui puisse arriver à un artiste est de se répéter, de tourner en rond, et à force, de s’auto-parodier. Donc, forcément, je ne pense pas reproduire désormais pour la suite des formules ou des sons déjà utilisés sur Paha Sapa / Mako Sika. J’ai envie de partir dans d’autres directions, d’utiliser d’autres instruments, d’autres couleurs, d’autres structures, ce qui donnera forcément alors un propos musical différent, mais pas pour autant radicalement opposé dans sa mise en son ou dans l’esprit à Paha Sapa / Mako Sika. De toute façon, tu sais, j’ai toujours vu les albums comme étant des « instantanés » d’une vie, comme une carte postale d’un moment bien précis dans la vie de l’artiste, de celui qui a donné vie et naissance à ces chansons. Donc, on verra dans les semaines et les mois à venir la direction que prendront Pandemonium et 13. Mais je pense que ceux qui ont aimé Paha Sapa / Mako Sika auront sans aucun doute de grandes chances d’aimer ces albums suivants, car on y retrouvera probablement un esprit et un univers proches, avec cependant de nouvelles directions, de nouveaux sons, et de nouvelles orientations, une évolution certaine

Be Sociable, Share!