Festival de Tilloloy : débat public sur un échec

26 Août 17 Festival de Tilloloy : débat public sur un échec

Quelle (triste) histoire que celle de cet évènement…

Un grand nombre d’articles et de commentaires ont entouré la tenue du Gothic Darkwave Festival de Tilloloy, annoncé par ses organisateurs comme « le premier du genre en France ».
Un évènement dont l’affiche a, à la grande surprise du public acquéreur de tickets, grandement évolué depuis les premières annonces concernant le line-up, et qui s’est soldé par la présence d’un public clairsemé (alors que le nombre de billets vendus était estimé à 1000 deux semaines avant l’évènement par l’organisateur, selon cette source) et l’expression de mécontentements divers, notamment sur la toile.

Les annulations enregistrées par l’organisation du FDW Festival ont été nombreuses. Parmi elles, citons celles de Das Ich, The Last Days Of Jesus, Die Krupps, This Morn’ Omina, Soror Dolorosa, The 69 Eyes, She Past Away ou encore Dageist. Certaines de ces formations parlent de problèmes de respect des engagements contractuels.
Vu de l’extérieur, tout cela sent tout de même le chaos.

Nous reproduisons ci-dessous et pour exemple le communiqué de Das Ich annonçant son abandon, publié le 19 août 2017


Dear visitors of the Dark Wave Gothic Festival in Tilloloy,
we are sorry to let you know that due to circumstances beyond our will we need to cancel our performance on 20.08.2017 at the Dark Wave Gothic Festival in Tilloloy, France. We were still hoping the best outcome until the last moment but as the organization of this festival has been breaking contractual promises several times, there was no other decision we could do. Although we did not wante to take already in advance spreaded rumours seriously, unfortunately many of them became true. We are very sad and sorry for those who came to see Das Ich and we hope that we soon can set up a show for you in France again.
Yours truly,
Das Ich


Disons-le : l’échec de ce projet, semble-t-il assez sévère, s’est accompagné d’une vraie bronca. Elle est provenue, dans une tonalité assez unanime, de festivaliers et commerçants partenaires de l’évènement, eux-mêmes plus que déçus des retombées et envisageant un recours en justice pour abus de confiance. D’autres partenaires affirmaient récemment vouloir intenter recours sur divers chefs , dont les prestataires techniques du festival (« escroquerie en bande organisée », « abus de confiance », chefs relayés par Davide Schiavoni, de Dageist). Une page Facebook (nommée Pour le remboursement du Festival Gothic Dark Wave de Tilloloy) a aussi été créée avant le début du festival (courant juin 2017), recueillant in fine critiques et doléances des personnes ayant envisagé de se rendre au festival et pris des billets. L’antenne locale de France 3 (F3 Picardie, dans plusieurs éditions du 12/13) s’était elle-même faite l’écho des problèmes rencontrés par l’organisation.

Une organisation dont la communication n’a pas semblé claire à tous (c’est le moins que l’on puisse dire, sans vouloir adopter un ton trop polémique), et à laquelle la porte de la rédaction d’Obsküre, par souci d’équilibre, reste ouverte afin de lui laisser droit à la parole. Dans l’attente, il nous reste tout de même à espérer, pour tous (et en particulier les groupes et le public qui s’y rendraient), un sort meilleur au prochain évènement chapeauté par le même organisateur, à savoir – s’il devait être maintenu, affaire à suivre de près au regard des « résultats » [hum] enregistrés par le Gothic Darkwave – le festival New Gold Dreams 8.


NOTE DE l’AUTEUR 30/08/2017 :
Afin de dissiper tout malentendu et suite à des débats ayant affleuré sur la toile quant à la tournure du dernier paragraphe de cet article, dont nous avons modifié deux formules de détail, Obsküre tient à préciser ici même qu’il ne soutient ni directement, ni indirectement l’organisation du festival, en quelque aspect que ce soit, qu’il ne connaît aucunement l’organisateur, et que notre média suivra les développements judiciaires potentiels de cette affaire.
Obsküre fait part aussi à son lectorat de son espérance qu’il sera rendu justice à toute personne justifiant d’un préjudice dans cette malheureuse affaire.

Pour ceux d’entre vous qui auraient besoin de quelques repères sur l’histoire récente, voici en ligne :

– un article du Courrier Picard, simple et factuel, qui retrace les principales péripéties autour de la tenue de l’évènement.
– une pétition adressée au Procureur de la république d’Arras et demandant réparation

+ ***UPDATE 28/08/2017***
– Un autre rédactionnel, plus détaillé et redoutable, posté le 27 août 2017 sur www.realrebelradio.net.
– Un reportage de F3 Hauts-de-France, mis en ligne lui aussi le 27 août et mettant en avant la parole de participants à la manifestation et les personnes devant recevoir paiement pour la location du château.

Des images du festival, filmées en amateur, peuvent enfin être vues ici :

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

Un reportage de France 3 Picardie sur le fiasco :
Image de prévisualisation YouTube

Be Sociable, Share!