EXCLUSIF : Blut Aus Nord « 777 – The Desanctification » Track by Track par Vindsval

09 Nov 11 EXCLUSIF : Blut Aus Nord  « 777 – The Desanctification »  Track by Track par Vindsval

À l’instar de ce que www.obskuremag.net avait proposé pour le premier volume de la trilogie 777, Sect(s), nous redonnons aujourd’hui la parole à Vindsval, démiurge de ce black metal dantesque signé Blut Aus Nord. Il nous livre les clefs, morceau après morceau et en exclusivité, de la suite de Sect(s) : The Desanctification, prédécesseur de Cosmosophy, ultime chapitre espéré pour 2012.

Epitome VII :

D’entrée de jeu, il était important de créer un lien avec la fin du premier opus. Ce premier morceau reprend donc exactement là où Sect(s) s’arrêtait, l’ambiance et le son replongent aussitôt l’auditeur au cœur du concept 777. Il était très important que ce lien soit évident afin de créer un ensemble cohérent et de faciliter au maximum l’écoute des deux albums – puis des trois, lorsque Cosmosophy sera sorti – l’un après l’autre sans être perturbé par des cassures trop importantes ou une différence de production trop marquée. C’est un morceau très complet qui renferme beaucoup de facettes différentes de Blut Aus Nord, à la fois électro avec ce beat très lourd, presque hip hop, du début, mais aussi aérien et très déstructuré sur la fin. C’est aussi le morceau qui pose les bases de l’album. The Desanctification est plus simple que Sect(s), moins violent aussi mais il est beaucoup plus dangereux, plus émotionnel. C’est certainement notre œuvre la plus froide, c’est un album de questionnement, un Rituel qui éloigne l’âme de l’humain…il y a peu d’humanité dans ce son.

 

Epitome VIII :

Tout le début du morceau est articulé sur des mesures assez complexes qui rendent difficiles l’identification du commencement et de la fin des riffs, le but étant de créer une sorte de maelstrom sonore et d’instaurer cette ambiance ritualiste qui devait prédominer sur ce second opus. Comme c’était le cas sur Sect(s), aucun morceau ne se termine comme il a commencé. C’est très important pour nous d’évoluer au fil des albums mais aussi au cœur des morceaux. Lorsqu’elles ont été exploitées une fois, les idées reviennent rarement. Ainsi chaque riff, chaque plan, cachent quelque chose de nouveau qui amènera peut être une atmosphère différente et donnera une couleur nouvelle à la composition. Cette façon de composer ouvre de nombreuses possibilités et permet de travailler très précisément sur les ambiances afin de faciliter l’immersion nécessaire à l’écoute de ce genre de projet. Tout comme un comédien, un projet musical ne peut se permettre d’être mono expressif. 777 est plus une œuvre d’ambiances, nourries par son concept, que de riffs.

Epitome IX :

C’est une composition très étrange, mystique. Elle instaure un climat nouveau et adoucit les contrastes en créant un lien naturel entre l’Epitome suivant et celui qui précède, toujours dans ce souci de rendre l’écoute de l’ensemble confortable et logique. Un album, et en particulier dans ce contexte précis, n’est pas un assemblage de morceaux, il doit être pensé comme un tout et agencé intelligemment. La fluidité du résultat final est quelque chose que je garde toujours à l’esprit.

 

Epitome X :

Des premières mesures sorties de nulle part, totalement inédites chez Blut Aus Nord, des harmonies que nous n’avions jamais utilisées entre les guitares et cette ligne de chant très particulière, presque trop mélodique pour notre Univers, cela enrichit encore la palette d’émotions contenues dans ce triptyque. Comme c’est le cas pour tous les autres morceaux, celui-ci évolue aussi beaucoup et suit un cheminement qui lui permet de se modifier au fil des secondes pour ne plus ressembler à ce qu’il était au début. C’est une approche du travail de composition très progressive qui rend passionnante l’élaboration et la mise en place d’un morceau et c’est aussi à mon avis ce qui rend son écoute excitante et captivante. La fin de ce morceau est particulièrement douloureuse avec ces voix spectrales qui salissent tout. C’est le genre de chose, de son, que j’apprécie beaucoup. Elle introduit parfaitement l’Epitome suivant, très froid.

 

Epitome XI :

Encore un feeling très ritualiste sur cet Epitome avec des beat très industriels. C’est le morceau qui résume tout ce second opus : cette Desanctification, rituelle. Il ne dégage aucune vie, juste une tristesse froide et une forme de désespoir absolu. Comme sur le reste de l’album les voix ne prédominent pas mais sont néanmoins très présentes. Désormais utilisées comme des arrangements, elles sont à peine audibles parfois mais apportent beaucoup au son global. C’est saisissant sur la fin de ce morceau, les chœurs y sont particulièrement malsains. La voix humaine permet de créer des nappes évidemment beaucoup plus expressives, malsaines et modulables, en termes harmonique et rythmique, que les claviers.

Epitome XII :

Encore un rituel mis en musique avec des harmonies vocales assez complexes. C’est un morceau puissant, très sombre, qui tourne sur lui-même et dans lequel il est agréable de se laisser tomber. À la fois minimaliste et plein d’emphase. C’est le son de la folie naissante face au grand Vide.

 

Epitome XIII :

Une fois de plus, des choses très nouvelles chez Blut Aus Nord : une approche très doom et un chant clair qui n’avait encore jamais résonné dans nos albums. La longue partie instrumentale qui suit est magnifique, très limpide, elle est comme un retour à la lumière, plus dynamique et organique que le reste de l’album. Sa position, ici, n’est pas anodine, elle atténue le sentiment de folie, de malaise, instauré par les derniers plans et doit créer le lien atmosphérique avec le troisième opus… qui reprendra là où s’arrête celui-ci, alors l’œuvre sera complète, cohérente et massive.

 

Site officiel : www.blutausnord.com

Label : www.debemur-morti.com

 


Be Sociable, Share!

Nikö Pingnelain

Co-Fondateur Obskure.com et ObskureMag Webmaster

2 Commentaires

  1. Bon, la suite maintenant 😛 !

  2. Track by Track très intéressant encore 🙂 Encore merci à Obskure pour nous avoir permis de pré-écouter cet album!

Laisser une réponse