Durga McBroom-Hudson (Pink Floyd, Blue Pearl) – À propos de The endless River

28 Déc 14 Durga McBroom-Hudson (Pink Floyd, Blue Pearl) – À propos de The endless River

Durga McBroom, chanteuse et actrice américaine, par ailleurs membre avec Youth (Martin Glover) du projet technologique Blue Pearl (cf. « Naked in the Rain », célèbre single de 1990 + l’album Naked, la même année) et collaboratrice de James sur l’album Seven (1992), est devenue collaboratrice régulière de Pink Floyd dans la seconde moitié des années quatre-vingt… soit après la séparation du groupe de son membre historique et cofondateur Roger Waters.
Durga, sœur par ailleurs de Lorelei McBroom, est alors et régulièrement intervenue lors des prestations de Pink Floyd depuis la période
A Momentary Lapse Of Reason. Dans une continuité somme toute logique (ou du moins rendue inévitable par les circonstances entourant l’ultime enregistrement de PF), Durga a effectué à la demande de David Gilmour un nombre conséquent d’apports sur la finalisation des séances restées inédites de The Division Bell, sorties sous la forme de l’album final et quasi-intégralement instrumental The endless River. Aujourd’hui, elle dit à Obsküre dans quelles conditions s’est réalisé ce travail et ce qu’elle gardera de son histoire commune avec Gilmour & co.

Obsküre Magazine : Tu travailles avec Pink Floyd depuis 1986, 1987, et es apparue très régulièrement sur scène avec eux. Te rappelles-tu de la façon dont la rencontre a eu lieu ?
Durga mcBroom-Hudson :
J’étais à New York à réaliser des chœurs sur l’album de ma sœur Lorelei. Elle enregistrait pour Capitol Records un album produit par Nile Rogers. La tournée Momentary Lapse Of Reason avait commencé, et David Gilmour avait dit à Michael Pillot, homme qui a dirigé la société de production vidéo réalisant les premières captations live de l’époque, qu’il souhaitait « ajouter de la couleur » (rire). Michael connaissait ma sœur, alors il l’a recommandée… et elle m’a ensuite recommandée, moi et notre ami Roberta. Nous avons tous pris l’avion pour Atlanta et filmé ces shows. J’ai ensuite été invitée à me joindre à la tournée pour compléter la section vocale structurée dès lors autour de trois intervenantes : Rachel Fury, Margaret (aujourd’hui Machan) Taylor, et moi.

Comment as-tu vécu les premiers instants de performance communs ?
J’étais nerveuse au début parce que je n’avais jamais chanté, auparavant, devant quinze mille personnes. Mais au moment où je suis entrée sur scène, eh bien… je me suis sentie chez moi. Je me suis dit : « Oui, je peux le faire. » Je n’ai plus jamais regardé en arrière.

Source : Durga McBroom FB

Source : Durga McBroom FB

Approchons maintenant l’enregistrement de The endless River. Comment et quand as-tu été contactée pour finaliser les sessions de The Division Bell ?
Bob Ezrin, le producteur de The Division Bell, avait insisté originellement sur le fait que toutes les voix soient anglaises. Mais une fois les parties vocales réalisées, David ne les aimait pas. Les parties basses n’étaient pas assez riches. Alors, ils m’ont appelée à Los Angeles, m’ont faite venir par avion et j’ai réenregistré toutes les parties jugées insuffisantes. Voilà pourquoi je suis si exposée sur certaines des pistes de l’album.

Tu es intervenue sur trois titres, autant que je sache : « Tawkin’ Hawkin’ », « Surfacing », et « Louder than Words ». Combien de jours as-tu séjourné en studio ? Tes performances ont-elles été réalisées dans les conditions du direct ou as-tu été amenée à aborder le travail phrase par phrase, section par section ?
J’ai réalisé mes prises d’origine sur les trois titres en l’espace d’un soir dans le studio de Youth. Nous avons également écrit et enregistré deux nouveaux titres de Blue Pearl ce jour-là. J’ai tendance à travailler très vite. Quelques mois plus tard, David m’a appelée pour venir et ajouter un peu plus de chant sur « Louder than Words ». La première fois que j’ai chanté sur ce morceau, il ne comprenait aucune voix lead. Cette fois-ci, deux autres vocalistes, Louise Marshall et Sarah Brown, et moi-même, avons été ajoutées pour donner plus de profondeur au chœur.

Source : Durga McBroom FB

Source : Durga McBroom FB

Justement… il y a cette photo circulant sur le web où David est avec vous, donnant quelques signes pendant que vous chantez toutes les trois – Gilmour & co. étaient-ils dans une approche, un comportement directifs ou es-tu restée plutôt libre de donner de l’input ?
Le jour où la photo a été prise, David était très « maestro ». Il dirigeait tout. Il est très précis et amène chacun à la meilleure performance possible. La séance j’avais réalisée auparavant, à l’inverse, m’a laissé l’occasion d’un plein pouvoir sur la conception de mes parties. David n’était même pas là, juste Youth et moi. Je ne savais même pas si David aimerait ce que j’avais fait. Heureusement pour moi, ça a été le cas.

Pour The endless River, as-tu découvert les chansons directement en studio ou l’équipe entourant Pink Floyd t’avait-elle envoyé quelques démos afin que tu puisses préparer ta performance en amont ?
Youth m’a joué tout l’album en Décembre 2013, et m’a demandé de choisir les morceaux sur lesquels j’aspirais à chanter. Ce que j’ai fait. Le résultat : ces trois chansons sur lesquelles je suis créditée.

Source : Durga McBroom FB - "Can you feel the passion" (video)

Source : Durga McBroom FB – « Can you feel the passion » (video)

L’histoire de Pink Floyd se termine en tant qu’acte créatif. Que garderas-tu sur un plan personnel de ton aventure avec Gilmour & co. ?
Ils sont comme une famille pour moi. Ma vie n’aurait jamais été ce qu’elle est sans eux. J’ai eu les meilleurs professeurs imaginables. Je veux dire… le Momentary Lapse of Reason Tour a été ma toute première tournée. J’ai plus de souvenirs merveilleux que je ne peux en compter. Je leur dois ma carrière et je les aime profondément.

Be Sociable, Share!