Chvrches – Interview

16 Oct 15 Chvrches – Interview

Chvrches est un peu la part de sucre que nous pourrions planquer sous nos vestes grises élimées. Le groupe emmené par Lauren Mayberry revient avec un nouvel album intitulé Every Open Eye (2015), successeur de The Bones of what you believe (2013), et veut taper dans le mille. Des amateurs de pop synthétique tubesque y trouveront le bonbon espéré.

Obsküre Magazine : L’histoire du groupe est relativement récente et pourtant le succès a été immédiat. Est-ce aisé de gérer une telle ascension ?
Lauren :
J’ai la sensation que nous avons toujours été concentrés sur l’essentiel – écrire de la musique dont nous puissions être fiers, et ensuite présenter cette musique à notre public – et ainsi ne pas nous laisser distraire par l’agitation autour du groupe. On essaie de simplement avancer avec nos tripes, de rester authentiques, en faisant fi des avis extérieurs.

En vous lançant dans l’aventure Chvrches, vous n’étiez pas des débutants, certains dans le groupe ayant fait partie de diverses formations. Quand vous avez démarré ce projet, aviez-vous le sentiment de tenir entre vos mains la recette miracle ?
Nous avons tous eu un passé musical avant ce groupe. Quand nous avons commencé à écrire ensemble, la sensation a été instantanément différente. Nous étions capables de travailler ensemble très naturellement et de créer des choses vraiment excitantes en tirant tous dans la même direction. C’est tellement rafraîchissant d’être dans une formation qui avance à l’unisson.

14433-364579-08-1

Avez-vous évolué dans le processus d’écriture pour le second album ? Vous travaillez seuls ou avec un producteur ?
Nous écrivons, enregistrons et produisons tout de façon autonome, comme nous l’avons fait sur le précédent opus. Nous n’éprouvons pas la nécessité que quelqu’un intervienne sur nos titres. C’est la raison pour laquelle nous retournons à Glasgow pour écrire, loin de toute agitation et de l’industrie musicale.

Votre musique développe un aspect festif. Cependant, certains titres du nouvel album sont relativement sombres tels « Bury It », « Afterglow » ou « Playing Dead ». Y a-t-il une intention derrière cet équilibre entre lumineux et crépusculaire ?
On a toujours eu conscience de cette balance entre lumière et obscurité. Nous n’avons jamais voulu sonner trop propre ou lisse mais il n’y a pas de volonté a priori de jouer avec la noirceur. L’intention est différente pour chaque titre et en détermine la réussite.

14433-364579-04-32A_1696_V2 (1)

Vous avez réalisé une reprise du « Bela Lugosi’s Dead » de Bauhaus. Que représente ce groupe pour vous et qu’en est-il de vos goûts personnels ?
Bauhaus est un groupe fantastique. Nous écoutons des choses très variées mais à notre panthéon personnel figureront sans hésiter The Cure, Depeche Mode et Radiohead.

Vous avez tourné de façon conséquente et joué dans des festivals impressionnants. Vous aimez la scène, mais cela n’a-t-il pas été intimidant d’ouvrir pour Depeche Mode ?
On a en effet développé une vraie maturité en tant que groupe en tournant autant et je pense qu’on peut être fier de ce qu’est devenu un concert de Chvrches. C’était un honneur d’ouvrir pour Depeche Mode dans la mesure où nous étions tous de véritables fans mais en effet, nous l’avons fait avant même la sortie du premier album : une expérience définitivement intimidante.

Chvrches_-_Every_Open_Eye

> SORTIE : CHVRCHES
– Every Open Eye (Virgin / Glassnote) (2015)
> WEB OFFICIEL :
www.chvrch.es

Be Sociable, Share!

Laisser une réponse