Camilla Sparksss : interview bonus Obsküre #21

10 Août 14 Camilla Sparksss : interview bonus Obsküre #21

For you the Wild est le nouvel album de la dame (du binôme, devrait-on dire) Camilla Sparksss. Son electro minimale et froide y fait ses preuves, et pour cette simple et bonne raison, www.obskuremag.net publie les extraits restés inédits de l’entretien paru dans Obsküre Magazine #21 (mai / juin 2014).

Tu as inventé ce projet pour satisfaire une passion électro tout en opérant avec très peu d’outils, de façon à pouvoir composer en tournant avec Peter Kernel…
Barbara Lehnhoff : Les premières idées sont arrivées pendant les répétitions de PK, puis sont devenues progressivement plus concrètes. Initialement, une bonne partie des contenus de Camilla Sparksss a été posée alors que nous étions en tournée au Canada pour PK, en juin 2012. Nous avions prévu le premier concert de Camilla Sparksss pour le mois d’août et nous étions fixé comme objectif d’avoir un ensemble de compositions complet à ce moment-là. Alors nous avons écrit des chansons jusqu’à la veille du concert.

Votre son a toujours fait écho, en moi, à un bricolage technologique très DIY : une expérience joyeuse, même si assez froide en surface…
Je pense que cet album a quelque chose de vraiment ludique, surtout dans le contexte live, mais je n’ai jamais pensé que cela soit si froid sur ça… Cela dit, le son peut donner cette impression, peut-être… Enfin, je ne sais pas (N.D.L.R. : l’auditoire jugera).

camilla-sparkss_2

Les structures des morceaux restent assez courtes sur For you the Wild. Est-ce quelque chose que tu connectes à un fond ou une culture punk ?
Nous n’avons jamais vraiment prêté attention à la durée des chansons pendant que nous composions. Je pense simplement qu’il est naturel pour une chanson de se terminer une fois dit ce qui devait l’être.

Comment un son est-il conçu dans le contexte Camilla Sparksss ? Une intuition pure est-elle suivie, ou peut-il y avoir une approche mathématique derrière ?
Aris et moi nous compensons mutuellement beaucoup, c’est la façon dont nous travaillons. Je suis plus instinctive, dure et directe et Aris est plus calculé, structuré, « à la Suisse ». Souvent je fais du bruit, lui l’ordonne, d’autres fois je tends vers une forme pop quand lui veut quelque chose de plus destroy. Alors, nous continuons à travailler dessus jusqu’à ce que nous nous retrouvions face à quelque chose dont le son nous plaise à tous deux.

Vous avez grandi en place dans la forêt et de la nature. Dieu, mais pourquoi ne vous vous achetez-vous pas une bonne tonne de mascara, une ou deux haches et ne montez pas un put**n de combo black metal?
(Rire) J’ai vraiment une trop sale tête lorsque je me maquille… ce doit être pour ça.

> Facebook

Be Sociable, Share!