Benighted – Interview bonus Obsküre Magazine #20

06 Mai 14 Benighted – Interview bonus Obsküre Magazine #20

www.obskuremag.net publie les extraits restés inédits de notre entretien avec Julien Truchan, expert vocal de nos bouchers préférés, paru dans Obsküre Magazine # 20 (mars / avril 2014, en kiosques).

Obsküre Magazine : Carnivore Sublime est déjà votre septième album. Avec l’expérience, des automatismes se mettent en place, vous abordez éventuellement la composition et l’enregistrement avec plus d’assurance et de sérénité. Est-ce le cas ?
Julien Truchan : On pourrait croire que l’arrivée d’un nouveau membre nous aurait mis la pression pour l’écriture d’un nouvel album, mais je crois que c’est paradoxalement celui qu’on a enregistré avec le plus de sérénité. On était très confiants des morceaux composés en répétitions et on avait hâte de leur donner notre son sur album ! Cette nouvelle aventure au Kohlekeller Studio, qu’on connait très bien, s’est faite dans une ambiance très décontractée et festive. Nous en sommes ressortis avec un album supérieur en tous points à son prédécesseur.

Selon vous, quelles sont les différences entre Carnivore Sublime et ce prédécesseur, Asylum Cave ?
Ine ambiance plus noire et plus féroce, avec une production plus crade et agressive. Kohle nous a dit quelque chose d’assez marquant pour moi en comparant Carnivore Sublime au petit frère enragé d’Asylum Cave, complètement libéré de tous les standards de métal extrême… ce qui en fait quelque chose d’unique.

Benighted_2_PCN4767_Barber_(c)Anthony Dubois

Sur combien de temps s’étale la période de composition de Carnivore Sublime ? Avez-vous rencontré des difficultés particulières pendant l’enregistrement ? Des anecdotes sur cette période studio ?
Nous avons composé cet album en neuf mois, et c’était une belle grossesse pour un beau bébé (rire) ! Nous n’avons eu aucune difficulté en studio, on savait très bien où on allait et comment nous allions pouvoir expérimenter de nouvelles choses. Si je te dis qu’il y a un passage « samba » sur le titre Carnivore Sublime, tu me crois ? Eh eh ! Pour moi la plus belle anecdote studio est le soir où on a fait la bringue avec Niklas et Kohle, qu’on était tellement saouls avec Niklas qu’on vomi tous les deux par-dessus la rambarde de la terrasse du resto où on passait la soirée et qu’il a fallu me porter pour me ramener au studio. Le lendemain, Kohle me réveillait à 9h30 pour m’annoncer qu’il fallait que je fasse les voix pour les trois covers de la version limitée de l’album que j’avais complètement oubliés… Je crois que mes premiers mots ont été : au secours ! Heureusement, le café produit un bon effet sur moi.

Pourriez-vous nous préciser les contours du concept de Carnivore Sublime ? Il s’agit d’une histoire de cannibalisme mais encore…
C’est l’histoire d’un homme border-line et les traumas de son enfance qui l’ont conduit à se construire dans l’angoisse de l’abandon et certains morceaux expliquent comment il ne supporta pas l’annonce de la grossesse de sa femme dans sa vie adulte, comment il devra la tuer et en ingérer des parties pour qu’elle ne le quitte jamais, jusqu’à remanger ses propres excréments pour empêcher sa femme de sortir de son corps. Un très joli programme pour illustrer à l’extrême une pathologie qui se répand de plus en plus du fait entre autres des dysfonctionnements parentaux.

Benighted_3_PCN4916_Cooks_(c)Anthony Dubois

D’où sont extraits les voix de la petite fille à la fin du titre « June and the laconic Solstice » ? Samplés d’un film ?
Ah ah ! C’est une drôle d’anecdote car c’est en fait la petite sœur de quatre ans de Kevin, notre batteur, qui a chanté ça alors qu’on était en plein barbecue chez moi, ça nous a tous laissés assis car aucun ne connaissait cette chanson qu’on a trouvé super glauque et on lui a demandé de la rechanter pour qu’on l’enregistre ! Et c’est bel et bien une chanson pour enfants qui existe, on a vérifié ensuite.

Selon certaines critiques, la pochette d’album est de mauvais goût (cf. les commentaires sur VS). Pourquoi ce choix d’artwork ? Comment interprétez-vous la symbolique présente sur le visuel ? Pour ma part, votre pochette me fait penser à l’affiche du film J’ai toujours rêvé d’être un Gangster
Les deux pochettes sont à prendre ensemble, comme la face visible et la face cachée de ce qu’on veut montrer dans notre société et qui est en parfaite opposition avec qui on est vraiment. Je ne connais pas la pochette dont tu parles, et les critiques ne me dérangent pas du tout, elles font partie du jeu et j’aime échanger avec les gens. C’est souvent marrant comme certains pensent « premier degré » quand ils découvrent l’univers et le concept de Benighted. Bien souvent, lorsque j’ai la chance de les rencontrer et qu’on peut échanger sur le sens qu’il y a derrière et les pathologies mentales qui sont précisément soulignées, ils se sentent tout cons d’avoir jugé à la va-vite.

benighted_carnivore-sublime

> SORTIE : BENIGHTED
Carnivore Sublime (Season Of Mist) (2014)
> WEB OFFICIEL
www.brutalbenighted.com

Be Sociable, Share!