Zola Jesus : « Soak » (vidéo)

13 Juil 17 Zola Jesus : « Soak » (vidéo)

Zola sort son nouvel opus studio Okovi le 8 Septembre sur Sacred Bones / Differ-Ant, et en livre un premier aperçu avec la pop robotique et en clair obscur de « Soak ».
Elle sera en concert au Point Ephémère (Paris) le 8 novembre.

Communiqué officiel sur « Soak » :

Approfondissant l’intense narration d’Okovi, « Soak » a été écrit du point de vue d’une victime d’un tueur en série, s’accrochant à la vie et sur le point de se jeter à l’eau.
« Je pensais à ce moment crucial dans l’esprit de la victime, au moment où elle sait qu’elle va mourir. Elle repense à sa vie et à la futilité des décisions qu’elle a prises, alors qu’au final, sa vie va s’arrêter contre sa volonté », raconte Zola Jesus.
« Quel est but de la vie si on ne peut même pas choisir de sa fin ? Au lieu de laisser son destin être déterminé par quelqu’un d’autre, elle en reprend le contrôle et décide de mourir. Elle laisse le tueur l’assister dans son suicide alors qu’elle se jette dans l’eau et se noie lentement. A travers l’écriture de ce morceau, l’histoire a évolué en moi, et j’ai vu la façon dont elle reflétait mes propres sentiments. »

Image de prévisualisation YouTube

Depuis une dizaine d’années, Nika Roza Danilova enregistre sous le nom de Zola Jesus.
Ses albums sont principalement tous sortis sur Sacred Bones, mais avec
Okovi, elle marque son retour sur le label.

Les onze morceaux d’Okovi partagent l’ADN musical de ses premiers albums sortis sur Sacred Bones. D’une musique écrite comme pure catharsis, il en résulte des sonorités sombres, lourdes et exploratoires.
Le producteur / musicien WIFE, la violoncelliste Shannon Kennedy de Pedestrian Deposit et le percussionniste Ted Byrnes, ont rejoint Zola Jesus et Alex DeGroot, son associé de longue date, pour construire l’univers d’
Okovi.

Avec Okovi, Zola Jesus a développé une méditation profonde sur la perte et la réconciliation, qui trouve sa place à côté des œuvres majeures de ce genre.
L’album traite de tragédie avec sagesse et clarté. Ses chansons sont d’une profondeur sombre tout en restant lumineuses.

« L’année dernière, je suis retournée vivre dans le Wisconsin, où j’ai grandi. J’ai construit une petite maison à quelques pas de ma cabane d’enfance désormais en ruine. Okovi a été nourri par ce retour à mes racines et par plusieurs traumatismes personnels.
Durant l’écriture d’
Okovi, j’ai été confrontée à des proches qui essayaient de mourir, et d’autres, qui essayaient désespérément de rester en vie. Durant ce temps-là, je luttais dans un brouillard si épais que je n’étais pas sûre de trouver ma voie.
La mort, par tous ses visages, a entouré tous les gens que j’aime, et a apporté avec elle, les questions d’héritage, de valeurs et de volontés.

Okovi est un mot slave signifiant « chaînes ». Nous sommes tous enchaînés à quelque chose – à la vie, à la mort, aux corps, aux esprits, à la maladie, aux personnes, au droit imprescriptible, au devoir.
Chacun d’entre nous est né avec une dette unique, et nous avons jusqu’à notre mort pour la rembourser. Sans ce coût, qu’est-ce qui nous donne le droit de vivre ? et d’ailleurs, qu’est-ce qui nous donne le droit de mourir ? sommes-nous vraiment libres de choisir ?

Cet album est un instantané profondément personnel sur la perte, la réconciliation et la sympathie pour les chaînes qui nous relient aux lois impitoyables de la nature.
Pour l’amener à la vie, j’ai décidé de travailler avec Alex DeGroot, qui a toujours fait partie de mon groupe sur scène, et qui avait mixé l’EP
Stridulum en 2010. L’album sortira sur Sacred Bones, des personnes que je considère comme ma famille. »

TRACKLIST
1. Doma
2. Exhumed (stream)
3. Soak
4. Ash to Bone
5. Witness
6. Siphon
7. Veka
8. Wiseblood
9. NMO
10. Remains
11. Half Life

Be Sociable, Share!