Adam Thirlwell – Candide et lubrique

13 Mai 16 Adam Thirlwell – Candide et lubrique

À peine après avoir lu les premières lignes de ce nouveau et troisième roman de Thirlwell, sublimement traduit par Nicolas Richard, nous sommes confrontés à une évidence : l’auteur aime les mots, joue avec, et pour lui le style est la raison d’être même de l’écriture. Encensé par la critique, le Britannique a pu être parfois comparé à Milan Kundera (lui même admirateur de Thirlwell), sûrement en raison de l’aspect philosophico-érotique de ses textes. Le plaisir de lecture naît aussi des différences de tons et de registres, avec lesquels l’écrivain aime jouer. L’humour, le décalage, le ludique se mêlent à des techniques de courant de conscience très Nouveau Roman ou des divagations existentielles poétiques jusqu’à l’absurde.

Nous entrons au long de ces quatre-cents pages dans l’esprit d’un protagoniste sans nom ; du coup, l’on peut voir en lui quelqu’un en qui s’identifier ou un miroir des contradictions de notre époque, avec sa quête permanente de l’excitation, du plaisir, de la jouissance. Pourtant, ce héros a tout d’antipathique à première vue. Il semble tout avoir, une femme aimante, des parents généreux, des amis, et ne se prend pas la tête avec le monde du travail, se faisant passer pour dépressif. Il vit même comme un calvaire le fait d’être bon au pieux. Mais le récit commence lorsque ce narrateur se réveille dans un lit aux côtés de Romy, sa meilleure amie. L’équilibre de sa vie est alors menacé. Que s’est-il passé ? Ont-ils vraiment couché ensemble ? Pourquoi tout ce sang et ce vomi ? Le mari adultère s’enfonce alors dans le mensonge face à son épouse Candy, qui non seulement accepte de vivre sous le même toit que ses beaux parents mais qui lui conseille aussi d’écrire des films d’horreur pour être plus heureux ! Le roman tourne autour de l’interaction de ce narrateur avec son entourage proche, que ce soit sa mère confidente, son père qui le fournit en cash (les dialogues avec les parents sont désopilants), son vieux camarade utopiste et à l’influence néfaste Hiro ou encore ses deux amours, Candy et Romy.

D’une scène de fellation avec préservatif au braquage d’un salon de manucure avec un pistolet à eau, ce personnage plutôt candide et innocent, incapable de devenir véritablement adulte, va peu à peu se donner à la lubricité, mis face à ses propres contradictions. Du drôle au tragique, le livre nous fait partager les pensées de ce trentenaire immature dans la tête de qui tout s’embrouille. Le lecteur est amené à suivre ses digressions et états d’âme, ses mauvais choix et ses débauches mais l’ironie permanente de Thirlwell rend l’expérience terriblement jouissive et on en finit presque à trouver le héros attachant. Au résultat, le livre pose la question d’un bonheur qui ne peut exister sans la collaboration des autres. Un vivier de réflexions drôles et stimulantes.

www.editionsdelolivier.fr

Be Sociable, Share!

Tracklisting :
Be Sociable, Share!























Tweet

Note : 80%

Site du groupe / MySpace :

http://www.editionsdelolivier.fr/

Be Sociable, Share!