Angelic Foe – Interview bonus Obsküre Magazine #12

10 Nov 12 Angelic Foe – Interview bonus Obsküre Magazine #12

En complément de l’interview d’Angelic Foe publiée dans Obsküre Magazine #12 (novembre / décembre 2012), www.obskuremag.net publie les extraits restés inédits de notre entretien avec la sensible et rêveuse Ann-Mari Thim, échappée d’Arcana le temps d’un album afin de nous faire visiter ses contrées fantastiques.

Obsküre Magazine : Peux-tu nous expliquer pourquoi nous sommes « opprimés par le ciel » ? Peux-tu aussi nous énoncer les principaux thèmes d’écriture d’Oppressed by the Heavens 
Angelic Foe : Le titre ne fait pas référence à nous, mortels. Les paroles ne traitent que du monde des créatures. Les thèmes principaux de cet album sont adaptés du mysticisme israélite et des mythes anciens de Lilith et Samaël, les succubes et incubes originels.

Définirais-tu ta musique comme mélancolique et obscure où a contrario lumineuse et « optimiste » ? Penses-tu être parvenue à concrétiser tes intentions de départ pour Oppressed by the Heavens ? D’ailleurs, quelles étaient-elles ?
Je décrirais l’atmosphère d’Angelic Foe comme étant à la fois mystique et sombre, mais également séduisante et entraînante. Avec l’aide du producteur John Tyrell, j’ai obtenu les ambiances souhaitées et je suis très heureuse du résultat. Dès le début, l’intention était d’obtenir à la fois un son acoustique et symphonique ; cependant, nous avons essayé pendant la phase de production de l’ajuster un peu. Je voulais tester différentes directions, réfléchir à ce que devait être vraiment Angelic Foe. Au bout du compte, nous sommes retournés au son de départ.

Les artistes Suédois aiment tout particulièrement s’inspirer de « mondes imaginaires », des forces de la nature, de féérie, de mythologie pour composer. Pourquoi selon toi et quelles sont tes références dans ces domaines ?
Merci, j’espère appartenir à cette catégorie ! Oui, je suis d’accord et je crois qu’on peut citer plusieurs raisons à cela. La première est plutôt évidente : l’obscurité que nous devons affronter pendant la saison hivernale nous pousse naturellement à rêver de ces mondes lointains. Aussi, la proximité avec la nature en Suède est exceptionnelle. Nous éprouvons le besoin de voir la nature changer à chaque saison, la voir mourir puis renaître continuellement. De plus, nous héritons d’une histoire païenne très vivante, remplie de mythes, de dieux et de traditions dont certaines sont toujours très présentes dans nos habitudes de vie.

Pourquoi avoir choisi un texte du Docteur John Dee et de son médium Edward Kelley pour accompagner « Daughter of Fortitude » ? Que représentent ces deux hommes pour toi ?
Ce texte m’a fait frissonner la première fois que je l’ai parcouru et j’ai simplement adoré à la fois le phrasé et sa trame narrative. Cela est censé être un message d’une déesse ou d’une succube qui rendit visite à Edward Kelley. Le texte a fonctionné à merveille sous forme de paroles quand j’en ai fait un essai au son des guitares enregistrées. J’ai donc décidé d’en faire usage puisque cela collait parfaitement au thème de l’album. Cependant, les tout derniers mots de « Daughter of Fortitude » ont été écrits par moi, afin de donner un sentiment de mort à la fin de l’album. J’étais en fait véritablement effrayée quand j’ai enregistré les chants dans une pièce sombre, où des bougies allumées ne servaient qu’à illuminer le texte. J’ai eu l’impression d’évoquer des forces maléfiques, je les appelais à me rejoindre.

Be Sociable, Share!