Alek Drive : Passé / Présent (sur Frontière)

08 Fév 16 Alek Drive : Passé / Présent (sur Frontière)

La mort de David Bowie a repoussé cet amplement mérité foküs du #27 sur notre site. Plus de visibilité, certes, mais l’absence du papier laisse toujours un goût amer. À 25 ans, Alek sort un album qui aurait pu avoir son âge. L’électronique des années 90 est bien là, sans rétrofuturisme, juste le goût pour des machines et des sons qui vont dans la densité alors que leur créateur vivait l’isolement le plus absolu qui soit. magie d’internet : on vous file aussi son clip, et ça, nos pages n’auraient pas pu l’absorber !

Ton son est très proche des travaux de Front 242 sur Tyranny >For You< sorti en 1991. Penses-tu qu’au-delà du matériel il y a un état d’esprit qui te lie aux groupes électroniques de cette période ?
Alek Drive : Je ne fais ni de deep house ni de trance, je pense donc que oui. Avant le disque, j’ai prêté attention à ce que les gens écoutaient, aimaient, voulaient. J’ai consciemment observé ; et j’en ai déduit de quelle manière je pouvais au mieux transmettre ce que j’avais à exprimer. Les mecs aujourd’hui se contentent de mettre bout à bout des samples en espérant faire lever le plus de bras possible en club. En 2015, plus personne n’a de couilles. La plupart des personnes de ma génération idolâtrent des groupes de cette période parce qu’ils ont laissé un héritage idéologique et culturel. Mais nous, quel état d’esprit transmettrons-nous ?
Dans un disque quasiment instrumental, pourquoi ce « Jesus Love Electro » ?
J’ai écrit ce morceau suite aux attentats de Charlie Hebdo : « Je veux entendre Jesus dire : Ah ah, c’était truqué !». J’ai dû le composer en une heure, c’était limpide et évident de le mettre sur ce disque. Qui plus est, je n’ai pas pour principe de m’en tenir à un seul style musical, mon but étant de transmettre le message, peu importe sa forme.
Et la voix sur « Amour Musique » ?
Les mots, la voix et le chant sont des outils forts et font le lien avec l’auditoire qui précisent les choses et ne laissent aucun doute à l’interprétation. Je pense aller à l’avenir dans cette direction étant donné le constat d’urgence qu’il y a à faire de nos jours. Pour se faire entendre il y a les textes parlés, les mots chantés… et ensuite les cris. L’heure est grave ; j’espère ne pas devoir en arriver là.
Le teasing insiste sur le désert, le voyage, la solitude. Peux-tu expliquer ce choix ?
Je n’assimile pas cet éventail graphique à ma musique ; j’ai choisi le désert et la solitude comme moyens créatifs. J’étais noyé dans le stress quotidien imposé par nos médias, notre travail, nos inquiétudes et notre société de manière générale. Alors, j’ai voulu rompre ces chaînes et libérer ma tête de tout ça. Juste pour me vouer pleinement à quelque chose. Deux mois après avoir eu cette idée, j’étais dans le désert australien pour écrire l’album. J’y suis resté trois mois, seul, avec pour unique inquiétude de trouver des douches, et de gérer ma réserve d’eau. Cela peut paraître dément ou romanesque mais c’est vraiment ainsi que ça c’est passé.

 

En bonus, donc, la vidéo montée pour « Jesus loves Electro », cross-target qui mate par le petit trou de la serrure les images données à voir, écran noir sur douteuses fascinations militaro-exotiques et défilés nationalistes. Quand la vague orientaliste du XIX° se mue en images télévisées, reportage au milieu des choses pour zoomer sur la destruction de lieux emblématiques. Là où notre Histoire a commencé, là où quelque chose de nous meurt lentement, guerre après guerre. Les associations se font politiques, alternant Bataclan, Bush et explosions. Pour danser moins cons sous le bleu du ciel, pour suer moins bête sous les uniformes, pour créer malgré les douleurs incessantes. Certains reprocheront l’unique croix présente, oubliant à quel point les trois religions monothéistes sont mêlées dans leur vision du monde et des souffrances nécessaires ici-bas. Le réel rejoint les anticipations.

ALEK DRIVE : Frontière (Unknown Pleasures Records) (2015)
https://soundcloud.com/alekdrive

Be Sociable, Share!