À propos du radio show Frontière Rock – Interview de J. Croizemarie

12 Fév 18 À propos du radio show Frontière Rock – Interview de J. Croizemarie

Jérôme Croizemarie est l’activiste et animateur de l’intéressante et vivante émission radio de Poitou-Charentes Frontière Rock, spécialisée en musiques froides, post-punk, gothiques et consorts.
Rien ne part de rien et Obsküre cerne en la compagnie de Jérôme le nerf d’une motivation et d’un état d’esprit qui persistent sur Attitude FM : un média indé né courant 2004 et basé à Angoulême, dont le libre ton et le goût de l’inconnu, pour le coup, sont à saluer.

Frontière Rock est née dans la quatrième année d’existence d’Attitude et est diffusée deux heures durant, chaque mardi soir, à partir de 22h00.

Obsküre : Les activistes radio affichant spécialité en musiques sombres, post-punk, coldwave et consorts, ne sont pas forcément autant légion que dans les scènes rock ou metal au sens plus classique du terme. Qu’est-ce qui a provoqué la naissance de Frontière Rock, et comment situerais-tu le background culturel de l’équipe ?
Jérôme Croizemarie :
La naissance de Frontière Rock date de 2008. À l’époque, je travaillais en solo, mixant durant deux heures d’émission du son post-punk, cold wave, punk rock alternatif pour la première heure, puis en seconde partie de soirée metal, metal indus, hard rock.
C’est en mai 2016 que le virage a été pris. J’en ai eu marre d’entendre autour de moi que les scènes post-punk et cold wave étaient mortes. J’ai donc pris la décision de consacrer mes deux heures d’émission aux nouveautés et découvertes dans cet univers sombre et glacial qui me passionne depuis plus de trente ans. Un besoin d’informer et surtout de partager cet univers musical qu’est la musique post-punk, cold wave, new wave, deathrock et gothic rock. Pour cette nouvelle direction, j’avais besoin d’aide, de renfort, je dirais grâce ou « à cause » d’une rencontre sur les réseaux sociaux avec Jean-Marc (NDLR : Jean-Marc Junod, DJ et activiste antédiluvien et bien connu des scènes dark, basé à Paris), Frontière Rock est devenue 100% underground. Elle se veut maintenant et avant tout un émission d’information et de partage. Pour le background, vous l’aurez compris, nous formons un duo avec votre serviteur au micro chaque mardi et Jean-Marc, ancien de l’association Sanctuary (Paris), qui j’aime à le dire est mon dénicheur de nouveautés.

Comment se prépare une émission ? Comment figez-vous les thèmes, la playlist etc. ?
La préparation de Frontière Rock est très aléatoire. Chaque émission est bercée par le rythme des sorties – nouveautés et découvertes – qui nous sont proposées chaque jour par les groupes de plus en plus nombreux. Pour information, simplement, plus de trois cents formations ont sorti en 2016 un nouveau travail. Pour une scène dite morte, je trouve qu’elle se porte pas mal.
Les playlists sont donc générées suivant ce que l’actualité nous propose et dans un ordre paraissant le plus juste à nos oreilles.
Quant aux émissions à thèmes ou spéciales, nous établissons quelques mois à l’avance notre mode opératoire. Nous l’avons déjà fait pour les thèmes consacrés à l’univers du deathrock en 2016, ou une spéciale Tribute to Joy Division en janvier 2017 ; et, dans un temps plus proche de nous, une spéciale Fête des 40 ans de The Cure part. I – 1978 > 1982 en janvier 2018, qui sera suivie d’une part. II – 1983 > 1997 le 20 mars prochain. Une part. III nous mènera jusqu’en 2017. J’oubliais : nous avions fait une spéciale Girl Power pour la journée de la femme ainsi qu’une émission consacrée à la scène française.

Jérôme Croizemarie

Pensez-vous être adeptes de l’improvisation ou « scénarisez »-vous le show radio ? Pour vous, à quoi correspond l’idée du « fil conducteur » ?
Sans hésiter, nous sommes adeptes de l’impro. D’une semaine sur l’autre, on ne sait pas ce que l’on va passer. Nous recevons de plus en plus chaque semaine, de nouveaux titres de groupes du monde entier. Nous sollicitons également les groupes afin de leur faire découvrir le concept de l’émission et suivons également l’actualité dans différents medias. Depuis 2016 notre carnet c’est largement agrandi, j’en profite d’ailleurs pour remercier une fois de plus toutes ces formations musicales et labels qui nous font confiance. Le seul et unique fil conducteur de Frontière Rock, c’est l’underground.

Quels sont les attendus de Radio Attitude sur la teneur du show ? Existe-t-il quant à Frontière Rock des accords de principe sur la tenue et le contenu ?
Radio Attitude est la seule radio libre de Charente qui reste au jour d’aujourd’hui et je la remercie de m’avoir fait confiance et de m’avoir permis de nourrir ce créneau en post-punk, cold wave. etc. Nous avons beaucoup travaillé afin d’amener l’émission vers quelque chose de fluide, et à une situation où elle consacre le plus possible de temps dédié à la musique. Nous sommes une émission libre de parole et de musique sur une radio libre. Les attentes d’Attitude quant à l’émission sont juste énormes, puisqu’il n’y en a pas. Aucune contrainte : nous sommes seuls maîtres a bord. Par contre Jean-Marc et moi-même sommes très exigeants et nous fixons des objectifs à atteindre le plus rapidement possible. Frontière Rock est, nous le savons de source sûre, écoutée dans plus d’une trentaine de pays. Les auditeurs sont de plus en plus nombreux chaque semaine et nous en sommes très fiers. Toutefois nous restons lucides et remercions tous ces gens qui chaque jour communiquent autour d’eux sur notre existence. Frontière Rock appartient, et nous y tenons, aux auditeurs.

Jérôme Croizemarie

Comment apprécies-tu l’état des scènes post-punk, electro, coldwave aujourd’hui ?
Suivant l’actualité des concerts chaque semaine, je dirai que ces scènes sont des plus vivaces. Il y a de très nombreux évènements (concerts, soirées, festivals …) organisés un peu partout en France et dans le monde. Nous espérons donner envie à nos auditeurs à travers Frontière Rock d’aller aux concerts. Il y a énormément de formations nouvelles qui s’installent dans notre paysage musical. Je citerais She Past Away, Frustration, Ash Code, et tant d’autres mais également un phénomène de revival avec certains groupes tels que 1919, Skeletal Family, Crisis… en bref, je dirais que cette scène sait se renouveler tout en respectant et s’appuyant sur son histoire.

Les racines de ce que nous nommons aujourd’hui musiques cold, post-punk et gothique « datent », à l’échelle d’une histoire humaine. Pensez-vous être restés adeptes de la nouveauté ou l’âge passant, se rapproche-t-on de ses classiques ?
Depuis la création de Frontière Rock dédiée à la scène de l’underground, je suis plus axé sur les nouveautés car, véritablement, il y a un engouement pour cette musique qui revient, avec des groupes qui sortent de pures merveilles. Mais je n’oublie pas les classiques Joy Division, Cure, Sisters Of Mercy, Killing Joke, Bauhaus, Siouxsie And The Banshees, auxquels nous devons cette nouvelle génération de groupes.

Animer un show radio, outre la facilité à s’exprimer devant un micro, implique une culture des choses. Y’a-t-il des littératures sur la musique ou d’autres thèmes connectés à elles auxquelles tu consacrerais tes heures de lecture ?
Ce n’est jamais facile pour moi, à chaque émission. Je suis toujours en état de panique et de stress, et j’ai décidé de mettre en début d’émission une interlude musicale comme font beaucoup de groupes à leur entrée sur scène, histoire d’entrer dans la bulle de Frontière Rock et faire au mieux en vue de faire passer deux heures de partage musical. Bien sûr, je me tiens informé par certaines parutions physiques malgré la disparition des versions papier des magazines comme Obsküre, D-Side, Elegy pour les plus récents et Prémonition et les bons fanzines de l’époque. C’est le reflet de notre société : les gens lisent de moins en moins. J’ai dernièrement acquis un ouvrage de Mick Mercer et j’attends le prochain livre de Pedro Peñas Robles (NDLR : sur Joy Division), qui ne devrait pas tarder à sortir chez les éditions Camion Blanc. Pour les émissions spéciales de toute façon, nous sommes contraints de nous replonger dans les biographies d’artistes comme Ian Curtis ou The Cure.

Quels sont tes coups de cœur de ces dernières années ?

Rakta, Then Comes Silence, Ötzi, Frustration, Plomb, Kaczka, DaGeist, Motorama ou encore Chelsea Wolfe, Jessica 93, Buzz Kull… j’en aurais beaucoup d’autres à citer.

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube

> FRONTIERE ROCK ONLINE
Facebook
> PODCASTS
Un test ? Réécoutez l’émission du 31/01/2018
> ATTITUDE FM
Site officiel
Facebook (officiel)
– CONTACT : 9 Rue des Arceaux – 16 000 Angoulême
Tél. : 05 45 94 84 84
E-mail : attitude@attitudefm.com
Fréquence Angoulême : 98.3 FM
Fréquence Ruffec : 90.7 FM

#frontiererock
#attitudefm

Be Sociable, Share!